Ex-otages d'Arlit : l'histoire secrète d'une libération

le
0
Ex-otages d'Arlit : l'histoire secrète d'une libération
Ex-otages d'Arlit : l'histoire secrète d'une libération

Dans l'ombre, deux hommes ont permis de mettre un terme au calvaire des quatre otages français. Le premier est un ancien rebelle touareg, Mohamed Akotey. Diplômé de la Sorbonne, ancien ministre de l'Environnement du Niger, il a été mandaté par le président Mahamadou Issoufou en personne pour encadrer les négociations avec les ravisseurs. Le second est français. Ancien directeur adjoint du renseignement militaire, Jean-Michel Chéreau, fin connaisseur de la région, occupe actuellement la fonction de directeur de protection du groupe Areva. Cet ancien général est arrivé à Niamey, la capitale, ces derniers jours, signe que les captifs seraient bientôt libérés. Deux hommes clés dont l'action a été décisive.

« Depuis quelque temps, on sentait un frémissement », confie une source diplomatique. Mais, à Paris, on a refusé de se réjouir trop vite. En trois ans, à plusieurs reprises, les autorités françaises ont cru que les otages seraient libérés. A la suite de l'intervention militaire de la France au Nord-Mali en janvier dernier, le contact avec les ravisseurs a été difficile à renouer. D'autant que les captifs se sont retrouvés entre les mains des combattants de l'ancienne katiba (brigade) d'Abou Zeid, chef jihadiste algérien tué lors de l'opération Serval.

Mais, depuis juin, sous l'impulsion du nouveau duo de négociateurs, les tractations ont enfin pris un tour plus favorable. Ces dernières semaines, et dans le plus grand secret, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a effectué deux déplacements dans la capitale nigérienne. « Les discussions se passaient beaucoup mieux ces derniers temps », raconte un officiel. A la man?uvre, des intermédiaires chargés de déterminer les modalités d'une transaction épineuse. Car si la France ne paie pas de rançon, Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) ne libère évidemment pas les captifs sans contrepartie. Selon nos informations, Areva a fait passer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant