Ex-Goodyear d'Amiens : deux ans requis en appel mais sans prison ferme

le , mis à jour à 22:05
8
Ex-Goodyear d'Amiens : deux ans requis en appel mais sans prison ferme
Ex-Goodyear d'Amiens : deux ans requis en appel mais sans prison ferme

Devant la cour d'appel d'Amiens (Somme), deux ans de prison avec sursis ont été requis mercredi à l'encontre des huit ex-salariés de l'usine Goodyear d'Amiens jugés pour avoir séquestré deux cadres de l'entreprise en 2014, des réquisitions un peu plus douces qu'en première instance. Ils avaient été condamnés à vingt quatre mois de prison dont neuf ferme et le procureur avait requis deux ans de prison dont un an «ferme aménageable». Le délibéré sera rendu le 11 janvier, soit presque un an jour pour jour après leur condamnation en première instance, qui avait suscité une vague de protestation.

 

Lors de cette séquestration «la dignité humaine a été touchée et nous ne pouvons pas tolérer ce genre de comportement quel que soit le contexte», a estimé l'avocat général, Dominique Tailhardat. Il n'a pas requis de la prison ferme prenant en compte le «casier judiciaire vierge» des prévenus. Pour lui, les faits reprochés aux salariés sont de la «délinquance pure et simple». Ils ont essayé «de détruire psychologiquement» ces deux cadres, «les insultes ont fusé tout comme les actes d'humiliation», a soutenu Dominique Tailhardat.

 

«Poursuivre la lutte» jusqu'à la décision de justice

 

«Evidemment que je vous demande la relaxe. Si vous prononcez la relaxe, vous jugez en droit, en justice et en responsabilité», a pour sa part lancé l'avocat des prévenus Me Fiodor Rilov au président de la cour d'appel René Grouman, estimant que son jugement «emblématique» sera «scruté».

 

A l'audience, les prévenus, dont cinq militants CGT se sont dits dans leur bon droit lors de leur action les 6 et 7 janvier 2014, lorsque le directeur des ressources humaines et celui de la production avaient été retenus pendant une trentaine d'heures dans l'usine occupée par quelques dizaines d'ouvriers en colère, après l'annonce de la fermeture de ce site de 1.143 salariés.

 

A leur sortie d'audience, une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil il y a un mois

    c est surtout que nos politiques ne veulent pas d'une justice qui a les moyens d'enfermer les delinquants ... on les comprends ...

  • gl060670 il y a un mois

    bravo encore une fois à la justice, quel exemple pour la société, bientôt la séquestration sera autorisé.

  • paspil il y a un mois

    de toute facon ca fait longtemps qu'il n'y a pas de place en prison ... elles sont deja à 120 % d' occupation ... une chance pour les terroristes une catastrophe pour nous ...

  • g.joly1 il y a un mois

    mucius : ce serait bien si la CGT avait autant de permanents que les milliers de manifestants d'Amiens.

  • f5gbi il y a un mois

    Peine bien lourde comparée à celles infligées aux fauteurs de troubles, casseurs de flics et autres barbares dans les manifs et zones de non droit !!

  • doullens il y a un mois

    mucius l'antisyndicaliste a 2 balles qui vient posté des commentaires pour se rendre intéressant parce qu'il a rien d'autre a faire de c'est journée .

  • doullens il y a un mois

    http://blog.cgt-goodyear-nord.com/post/2015/01/27/DONN%C3%89ES-%C3%89CONOMIQUES-CCE

  • mucius il y a un mois

    Grand rassemblement de permanents CGT. Vous savez ceux qui sont payés avec nos sous.