Evian TG : Retour en enfer

le
0

Vendredi soir, l’Evian TG a fait le boulot contre Nîmes (4-1). Mais Sochaux battant Clermont dans le même temps (2-0), les Haut-Savoyards sont relégués en National. Une deuxième relégation en deux saisons qui pourrait être dramatique pour l’avenir du club.

Pour un club encore tout neuf au haut niveau, chuter de la sorte peut avoir des conséquences dramatiques. L’exemple d’Arles-Avignon est encore dans toutes les têtes. Alors ce samedi, au lendemain de la deuxième relégation en deux saisons de l’Evian-Thonon-Gaillard FC, les pires craintes sont permises. Pourtant face à Nîmes, les coéquipiers de Cédric Barbosa ont fait le boulot en s’imposant largement (4-1). Mais dans le même temps, Sochaux a sereinement dominé Clermont (2-0), anéantissant les espoirs de maintien des Haut-Savoyards. « Ce soir (vendredi) on a fait le boulot, mais on savait qu’on n’était plus maître de notre destin. Ce n’est donc pas suffisant donc ce soir, on descend, soupire Romain Revelli sur le site de l’ETG. Ça fait bizarre de voir une équipe descendre avec un goal-average de 0. On doit être la dixième attaque et la dixième défense, ça signifie qu’on a perdu de nombreuses fois par un but d’écart. »

Revelli : « Repartir sur une feuille blanche »

Habitué au monde amateur à l’époque où le club de la famille Dupraz s’appelait encore Croix-de-Savoie, l’ETG voit son projet de grand club des Alpes s’arrêter brutalement après quatre saisons en Ligue 1 et une en Ligue 2. « On va faire le bilan des nombreuses choses qui n’ont pas été cette saison, sur le terrain et en dehors, a promis l’entraîneur évianais après la partie vendredi. Je suis déçu. Je remercie tous les gens qui nous ont soutenus. Terminer par une victoire, c’est important. On a fini avec de la jeunesse sur le terrain, c’est positif. Ça met en valeur notre centre de formation. J’espère que tout le monde va être solidaire car c’est une région avec le potentiel économique pour sauver ce club. Il faut tirer les leçons du passé et se remettre au boulot pour repartir d’une feuille blanche. » Une feuille blanche, c’est aussi le danger. Car après une semaine marquée par la sortie médiatique de Pascal Dupraz sur les « imposteurs » qui dirigent l’ETG, d’autres proches du club pourraient sortir de leur silence. Auquel cas le club haut-savoyard s’offrirait une intersaison très pénible.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant