Evasion fiscale au Luxembourg : Jean-Claude Juncker admet sa «responsabilité politique»

le
2
Evasion fiscale au Luxembourg : Jean-Claude Juncker admet sa «responsabilité politique»
Evasion fiscale au Luxembourg : Jean-Claude Juncker admet sa «responsabilité politique»

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker contre-attaque. Dans la tourmente depuis les révélations sur un vaste système d'évasion fiscale lorsqu'il était Premier ministre du Luxembourg, il a démenti tout «conflit d'intérêt» et promet de lutter contre ce phénomène. Entré en fonction il y a moins de deux semaines, Jean-Claude Juncker avait été pris de cours par les révélations de la presse, déjà surnommées «Luxembourg Leaks (fuites du Luxembourg)». 

Lors d'un point presse donné mercredi par deux vice-présidents de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a fait une apparition surprise devant les journalistes. Les «tax rulings», qui permettent à une entreprise de demander à l'avance comment sa situation sera traitée par l'administration fiscale d'un pays, sont «une pratique établie dans 22 pays de l'UE», a-t-il alors affirmé. 

«Pas de conflit d'intérêt», selon Juncker

«Tout ce qui a pu être fait correspond aux règles législatives nationales du Luxembourg et aux règles internationales en la matière», a assuré l'ancien dirigeant du Grand-Duché, tout en reconnaissant que la faible taxation des entreprises ne «correspond pas au concept de justice fiscale et aux normes éthiques et morales généralement admises».

Mais «il n'y a pas de conflit d'intérêt lorsque la Commission lance des enquêtes» qui concernent le Luxembourg, a plaidé Jean-Claude Juncker. Des enquêtes sur les pratiques fiscales de ce pays, mais aussi de l'Irlande et des Pays-Bas, sont justement en cours. La commissaire en charge, Margrethe Vestager, a toutefois assuré mardi qu'elle n'avait «pas les mains liées».

Alors que le Luxembourg est considéré comme un des principaux paradis fiscaux dans le monde, Jean-Claude Juncker a assuré qu'il n'y avait rien dans son passé qui démontrerait que son «ambition était d'organiser l'évasion fiscale». «Je ne suis pas l'architecte» du système de taxation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loco93 le mercredi 12 nov 2014 à 19:07

    Par qui sommes nous gouvernés?! Cette Europe c'est celle des ricains, de la finance et des lobbying... Tous ces gens aux commandes n'ont pas été élus par le peuple. En occidentaux, nous pronons et defendons la soit disante démocratie dans le monde mais force est de constater qu'il s'agit de la démocratie de l'ultra libéralisme et des gros riches!!

  • M4841131 le mercredi 12 nov 2014 à 18:22

    encore un de responsable mais pas coupable, faut tous les tu....