Evasion fiscale. Après la Suisse, le Luxembourg va lever le secret bancaire

le
3
Evasion fiscale. Après la Suisse, le Luxembourg va lever le secret bancaire
Evasion fiscale. Après la Suisse, le Luxembourg va lever le secret bancaire

Après la Suisse qui a renoncé l'automne dernier au secret bancaire, un nouveau pas vient d'être franchi dans la lutte contre l'évasion fiscale. Jeudi, l'Autriche mais surtout le Luxembourg, le principal paradis fiscal en Europe avec la Confédération helvétique, ont accepté à leure tour d'abandonner cette pratique. Une décision qui intervient après six longues années de blocage au cours desquelles  les Vingt-huit ont toujours buté sur le refus du Luxembourg et de l'Autriche d'aller vers plus de transparence alors que les décisions sur la fiscalité requièrent l'unanimité.

Finalement, ces deux pays -traditionnellement attachés au secret bancaire- ont donné leur feu vert jeudi à la loi européenne sur la fiscalité. Ce texte, en souffrance depuis 2008, doit permettre d'étendre l'échange automatique d'informations fiscales aux versements effectués par des trusts ou des fondations, et non pas seulement par des personnes physiques. Il constitue donc un élément important de l'arsenal de l'Union pour lutter contre l'évasion fiscale et le secret bancaire, même s'il n'est pas le seul.

Un manque à gagner de 1000 milliards d'euros par an

IL s'agit d'une étape « indispensable», a confirmé le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, en soulignant que «des dispositifs fiscaux efficaces sont essentiels pour le bon fonctionnement des économies de marché et pour la justice sociale». Cette décision, attendue de longue date, a été immédiatement saluée par des ONG luttant contre l'évasion fiscale. Un fléau qui représenterait un manque à gagner de 1.000 milliards d'euros par an pour l'Europe, a souligné Hermann Van Rompuy.

Vienne et Luxembourg avaient jusqu'à présent refusé de signer le texte, réclamant l'égalité de traitement avec cinq pays non-membres de l'UE (Suisse, Liechtenstein, Monaco, Andorre et Saint-Marin) comme un préalable à leur propre accord. Ils ont finalement obtenu que la Commission ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le vendredi 21 mar 2014 à 07:27

    Six ans pour "faire le ménage".....Vive Singapour....

  • fbordach le jeudi 20 mar 2014 à 23:45

    Nbanba, idiot utile, vous allez avoir encore quelques surprises quand les noms vont tomber... Si par ailleurs les impôts étaient raisonnables en France il y aurait moins de fraude fiscale... Et puis la fraude fiscale n'est pas que l'expatriation des capitaux, elle commence par les petites combines comme payer en liquide certains fournisseurs ou travailler non déclare. En chacun de nous sommeille un fraudeur!

  • nbanba le jeudi 20 mar 2014 à 23:21

    ON y arrive petit a petit. D’après un rapport du sénat, la France perd 65 milliards en fraude fiscale. De quoi largement rembourser nos dettes et redonner du pouvoir d'achat.