Evadés fiscaux : les banques suisses entament le «grand ménage»

le
3
Evadés fiscaux : les banques suisses entament le «grand ménage»
Evadés fiscaux : les banques suisses entament le «grand ménage»

Tout fout le camp, même le secret bancaire ! Depuis qu'UBS s'est vu infliger une colossale amende de 600 M? (en 2009) pour avoir aidé des citoyens américains à frauder le fisc, les banquiers suisses n'avaient plus que les mots de « conformité fiscale » à la bouche. Mais du discours aux actes, il y a parfois loin? Pourtant, aussi incroyable que cela puisse paraître, les banques suisses ont bel et bien changé d'attitude.

Mieux : depuis quelques mois, les voilà qui organisent elles-mêmes la chasse aux évadés fiscaux, comme le montre un courrier confidentiel de la banque UBS que nous nous sommes procuré (voir l'extrait que nous reproduisons ). Objectif de cette lettre, adressée le 29 août par la branche genevoise d'UBS à ses milliers de clients résidant dans l'Hexagone ? Obtenir d'eux un « justificatif » attestant qu'ils sont bien en règle avec le fisc français.

Les particuliers recevant ce courrier ? parmi lesquels aurait pu figurer Jérôme Cahuzac, l'ex-ministre du Budget, s'il n'avait pas transféré son compte suisse en 2009 vers un autre établissement ? sont priés de bien vouloir retourner leur attestation de moralité « dans les meilleurs délais ».

Plus qu'une simple déclaration sur l'honneur, ce document doit en outre être « signé par un avocat, un notaire ou un expert-comptable autorisé à exercer en France ». Une manière pour UBS d'impliquer dans ce « grand ménage » des représentants français de ces trois professions réglementées.

La lettre précise que « si les avoirs détenus auprès d'UBS n'ont pas été déclarés aux autorités fiscales compétentes, nous vous prions [?] d'envisager les mesures nécessaires à la régularisation ». Et « dès lors, nous serons en mesure de continuer à offrir à notre clientèle française notre gamme de produits et services adaptés à ses besoins ».

Un délai de seize mois pour régulariser la situation

Contacté ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lenip le lundi 16 sept 2013 à 20:55

    moi je me demande comment qu ils vont faire quand on sait qu ils y a des centaines de comptes uniquement avec un numero !!!!

  • M3182284 le dimanche 15 sept 2013 à 23:02

    les banques ne vivent que par la banque centrale et deviennent des agents du fisc à part entière. Bon et bien nationalisez, moi je ne suis plus actionnaire de ces établissements semi publics

  • imagine7 le dimanche 15 sept 2013 à 11:24

    Comme la BNP Paribas qui explique a ses plus riche client comment ne pas payer d'impôt par montage fiscal et le planqué soit en Suisse où autre !!