Eva Joly et Eric Woerth s'affrontent sur Twitter

le
6
EVA JOLY ET ERIC WOERTH S'AFFRONTENT SUR TWITTER
EVA JOLY ET ERIC WOERTH S'AFFRONTENT SUR TWITTER

PARIS (Reuters) - L'ancien ministre du Budget Eric Woerth et Eva Joly ont eu mardi un violent échange sur Twitter au sujet du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

La candidate écologiste à la présidentielle juge anormal que Nicolas Sarkozy puisse solliciter un second mandat, alors que l'enquête judiciaire se développe sur un possible financement frauduleux de sa précédente campagne avec la fortune de Liliane Bettencourt, l'héritière de L'Oréal.

"On ne peut pas solliciter un mandat des Français sans s'expliquer alors qu'il y a des éléments graves et concordants qui indiquent que vous avez commis un abus de faiblesse et que vous avez financé illicitement votre campagne", a-t-elle dit sur France Info.

Eric Woerth, qui était le trésorier de cette campagne, a été mis en examen dans le cadre de l'enquête.

Eva "Joly est indigne d'être candidate à l'élection présidentielle", a réagi sur Twitter l'ancien ministre UMP. "Je vois que Joly récidive dans l'insulte pour masquer son incompétence. Je rappelle qu'elle est mise en examen pour diffamation."

La candidate, créditée de 2 à 3% d'intentions de vote dans les sondages, n'a pas tardé à répliquer sur le site de microblogging.

"Monsieur Eric Woerth a l'invective généreuse", a-t-elle écrit. "S'il a tellement envie de parler, qu'il s'explique plutôt sur ses talents de financier occulte. (...) Les chiens de garde du sarkozysme peuvent bien aboyer, mais la vérité finira par se manifester".

Invitée de l'émission "Des Paroles et des Actes" sur France 2, l'ancienne magistrate avait fait état la semaine dernière de "présomptions concordantes et précises" sur des sources de financements illégales, notamment de la famille Bettencourt, dont aurait bénéficié Nicolas Sarkozy.

Le président sortant l'avait alors accusée de se faire l'écho de "ragots" en l'accusant "sans aucune preuve".

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7876977 le mardi 17 avr 2012 à 23:20

    Quand on pense qu'elle pourrait être ministre de la justice, un vrai petit Torquemada...

  • t.atari2 le mardi 17 avr 2012 à 22:49

    Eva Joly a une drôle conception de la justice.Elle dénonce certaines pratiques à à droite,mais elle ferme les yeux sur les affaires Guérini,DSK etc...

  • M7732327 le mardi 17 avr 2012 à 22:30

    La façon de procéder de Joly me rappelle Robespierre; Du moins ce qu'on a bien voulu me rapporter de ce qui est sur la table.

  • M4947935 le mardi 17 avr 2012 à 21:49

    Voir une juge bafouer autant les règles élémentaires de la justice, et notamment la présomption d'innocence, et diffamer autant de personnes simplement pour exister dans la campagne donne une idée de son professionnalisme !! sera-telle promue après la campagne?

  • M4709037 le mardi 17 avr 2012 à 21:06

    Eva Joly ce n'est pas très joli ces invectives permanentes qui relèvent d'aboiements furieux assez indignes.

  • M2728834 le mardi 17 avr 2012 à 20:46

    ""C'est « une anomalie de pouvoir solliciter un deuxième mandat alors que vous êtes cerné par des affaires judiciaires», a-t-elle taclé""Et son anomalie, à elle, c' est, si éprise de justice, d' avoir été pendant plusieurs années CONSEILLERE pour les droits de l' homme d' un dictateur sanguinaire à Madagascar:"" Marc Ravalomanana a été condamné 28 août 2010 par contumace aux travaux forcés à perpétuité pour la mort d'une trentaine d' opposants .