Eux aussi auraient mérité d'avoir leur place sur le podium du Ballon d'Or

le
0
Eux aussi auraient mérité d'avoir leur place sur le podium du Ballon d'Or
Eux aussi auraient mérité d'avoir leur place sur le podium du Ballon d'Or

Derrière les intouchables Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, Neymar est venu compléter le podium des finalistes du Ballon d'Or 2015. Le Brésilien a été préféré à d'autres cadors comme Luis Suarez, Robert Lewandowski et Thomas Müller.

Il y avait quatre prétendants pour une seule place. Et c’est Neymar qui a décroché le gros lot. Avec les présences logiques de Lionel Messi et Cristiano Ronaldo dans la liste des finalistes du Ballon d’Or 2015, le Brésilien a récupéré la dernière place sur le podium au détriment de Luis Suarez, Robert Lewandowski et Thomas Müller. Trois candidats qui auraient été tout aussi légitimes derrière l’Argentin et le Portugais. Mais puisqu’il ne fallait en choisir qu’un.

Suarez n’était pas très loin

L’Uruguayen a brillé de mille feux lors de sa première saison avec le FC Barcelone. Et pourtant, les conditions n’étaient pas totalement réunies pour effectuer de bons débuts. Le Sud-Américain a trainé l’épisode de sa morsure sur Giorgio Chiellini pendant des semaines en Catalogne après le Mondial 2014. Mais une fois qu’il s’est défait de ce boulet, Luis Suarez a lâché les chevaux. Et il ne s’est jamais arrêté. En quelques mois, l’ancien buteur de Liverpool est devenu le compère idéal pour accompagner le duo Neymar-Messi dans sa quête de trophées. Sa polyvalence et son efficacité ont aidé le Barça à réaliser un fabuleux triplé. Avec lui, les Blaugrana sont devenus encore plus redoutables. Malgré ses 42 buts toutes compétitions confondues en un an, Luis Suarez traine derrière lui une image pas aussi lisse que Neymar. Et dans la course au Ballon d’Or, ce genre de détails pèse beaucoup trop lourd. Sans sa suspension et avec un comportement plus sage, l’Uruguayen serait peut-être monté sur le podium. Ce n’est que partie remise pour lui.

Lewandowski a explosé trop tardivement

La machine à buts polonaise tourne à plein régime depuis plusieurs semaines. L’ancien attaquant du Borussia Dortmund enfile les buts les uns après les autres avec une aisance déconcertante. Depuis son quintuplé en 9 minutes contre Wolfsburg (5-1) le 22 septembre dernier, l’attaquant de 27 ans est en état de grâce. Quatorze buts en treize matchs de Bundesliga, cinq buts en autant de rencontres de Ligue des Champions et un titre de meilleur buteur des qualifications pour l’Euro 2016 (13 buts), Robert Lewandowski n’a pas fait les choses à moitié. Malheureusement pour le Polonais, il a commencé à briller tardivement par rapport à Neymar ou Luis Suarez. Le Bavarois est prolifique, mais le Ballon d’Or est censé récompenser les performances d’un joueur sur une année complète et non sur quelques mois

Pour Müller, c’est une question de style

L’homme à tout faire du Bayern Munich est un modèle d’abnégation et d’efficacité depuis plusieurs années désormais. Toujours plus décisif au fil du temps, l’attaquant allemand affiche une régularité époustouflante avec son club formateur. En comptabilisant vingt buts et quatre passes décisives toutes compétitions confondues depuis le début de la saison en Bavière, le natif de Weilheim a mis les petits plats dans les grands. Comme souvent. Mais ce n’est toujours pas suffisant pour prétendre à plus de reconnaissance. Comme son coéquipier, Robert Lewandowski, l’Allemand affiche des statistiques moins impressionnantes et une exposition médiatique moins importante que le trio catalan et CR7. Son style peu académique et son manque de charisme jouent aussi en sa défaveur. Clairement. Le Ballon d’Or aime récompenser les artistes du beau jeu. Et Thomas Müller n’entre pas (encore) dans cette catégorie.

Rédigé par Alessandro Pitzus

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant