Euthanasie : le sort de Vincent Lambert devrait être fixé vendredi

le
0
Euthanasie : le sort de Vincent Lambert devrait être fixé vendredi
Euthanasie : le sort de Vincent Lambert devrait être fixé vendredi

A  l'issue de deux heures d'audience publique, le Conseil d'Etat a mis sa décison en délibéré, ce jeudi, comme prévu. C'est donc vendredi, à 16 heures, que la plus haute juridiction administrative française devrait se prononcer sur le cas de Vincent Lambert, un tétraplégique en état végétatif chronique.

Un ultime rebondissement pourrait toutefois repousser à nouveau le calendrier. Lors des débats, le rapporteur public a préconisé une nouvelle expertise médicale, afin que le Conseil puisse selon lui «prendre la meilleure décision». S'il est suivi par le collège des 17 magistrats, il faudra encore attendre jusqu'à six semaines pour connaître l'épilogue de cette affaire «hors-norme», selon les mots du rapporteur.

Une famille déchirée depuis des mois

Ces recommandations n'ont suscité l'adhésion ni d'un camp ni de l'autre, dans cette famille déchirée depuis des mois. Son épouse Rachel et son neveu François, ainsi que le CHU de Reims (Marne), où Vincent Lambert est soigné depuis son accident de la route en 2008, avaient saisi la plus haute juridiction administrative française, pour qu'elle annule le jugement du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne. A la demande des parents, le tribunal avait décidé le 16 janvier le maintien en vie de leur fils, contre l'avis des médecins.

Une nouvelle expertise médicale «retarderait encore l'issue du litige», a fait valoir Me Bruno Odent, avocat de Rachel, demandant de «ne pas allonger les souffrances» de la famille. «Vous ne pouvez pas déléguer cette responsabilité à 1, 2, 3 experts. Vous devez vous prononcer tout de suite !», a renchéri Me Madeleine Munier-Apaire, avocate du neveu de Vincent Lambert, François.

Elle a rappelé que sept médecins avaient déjà été consultés et que six avaient jugé que le maintien de l'alimentation et de l'hydratation du patient traduisait une obstination «déraisonnable», un critère permettant l'arrêt des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant