Euthanasie : "Je n'ai comme seule solution que leur donner la mort"

le
0
La loi belge autorise tout majeur ou mineur émancipé de consigner par écrit sa volonté qu'un médecin pratique une euthanasie.
La loi belge autorise tout majeur ou mineur émancipé de consigner par écrit sa volonté qu'un médecin pratique une euthanasie.

Après avoir pratiqué pour la première fois un acte d'euthanasie, Corinne van Oost a prié. Et beaucoup pleuré. C'était en 1995, pour Albertine, une patiente atteinte de sclérose latérale amyotrophique, une maladie neurodégénérative contre laquelle il n'existe aucun traitement et qui provoque une paralysie progressive des muscles. Albertine était "la première qui m'a obligée à confronter mes principes à la vie", écrit celle qui signe le livre-témoignage, Médecin catholique, pourquoi je pratique l'euthanasie. "J'ai beaucoup espéré qu'Albertine meure naturellement. Mais était-ce humain de tabler là-dessus ? J'avais tout fait pour alléger sa souffrance, mais cela ne suffisait manifestement pas. Qui étais-je pour lui refuser la mort ?" s'interroge-t-elle. Pour elle, Corinne van Oost a transgressé un double interdit, l'un dicté par sa foi, l'autre par la loi puisque la Belgique, où elle exerce, n'a dépénalisé l'euthanasie qu'en 2002. "Je ne me suis jamais sentie condamnée par Dieu ni par mes collègues, assure-t-elle. "Écouter la supplique d'autrui"Formée à la fin des années 1980 à la maison médicale Jean-Garnier à Paris, Corinne van Oost est une chrétienne engagée et une ardente militante des soins palliatifs, qui permettent " la plupart du temps, lorsque la souffrance physique et morale du patient est prise en charge correctement, d'annuler la demande d'euthanasie". Mais quand la médecine échoue, " il faut savoir écouter...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant