Euthanasie : des centaines de messages de soutien pour Anne Bert

le
0
Euthanasie : des centaines de messages de soutien pour Anne Bert
Euthanasie : des centaines de messages de soutien pour Anne Bert

«Si, quelque part, je pouvais apporter ma petite pierre à l'édifice... Ce débat touche vraiment les gens. Les élus ne peuvent plus accepter que leurs concitoyens fuient la France pour mourir.» Condamnée par la maladie, Anne Bert tenait à témoigner avec l'espoir «d'ouvrir enfin le débat» sur la fin de vie, à moins de quatre semaines du premier tour de la présidentielle. Cette romancière de 59 ans installée à Fontcouverte (Charente-Maritime) a choisi l'euthanasie. Elle se rendra en temps voulu avec son mari et sa fille en Belgique, pays qui autorise cette pratique. Anne Bert est atteinte de la maladie de Charcot, un mal neurologique incurable touchant le cerveau et la moelle épinière jusqu'à paralyser les membres et l'appareil respiratoire.

 

Surprise mais satisfaite

 

Son combat et sa volonté d'interpeller les candidats dans une lettre ouverte -- relayés vendredi dans «le Parisien» - «Aujourd'hui en France» -- ont suscité un émoi considérable. «Ce qui interpelle peut-être, c'est que je suis encore debout», juge-t-elle, surprise mais «satisfaite» par l'ampleur des réactions. Vendredi, l'auteur a été sollicitée par «tous les médias». Elle a également reçu des centaines de messages de soutien, anonymes pour la plupart. D'autres lui ont écrit pour lui fait part de leur hostilité sur le sujet.

 

 

Un témoignage bouleversant sur

l'#euthanasie à lire dans @le_Parisien .

Anne Bert y dénonce les candidats frileux face au tabou de la mort. pic.twitter.com/wkEGOREZEN

-- Roméo Lomazzi-Collet (@RLCOLLET) 24 mars 2017

 

 

En revanche, aucun des candidats à l'élection présidentielle n'a directement répondu à son appel. Seul Benoît Hamon (PS) a rappelé, vendredi sur Europe 1, son attachement «au droit de mourir dans la dignité». Anne assume plus que jamais sa décision, celle de franchir une frontière pour mourir, faute de trouver en France une réponse adaptée à ses souffrances. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant