Eusebio, l'infiltré de la Real Sociedad

le
0
Eusebio, l'infiltré de la Real Sociedad
Eusebio, l'infiltré de la Real Sociedad

Large sourire et visage de bon vivant, Eusebio Sacristán Mena apporte une bouffée d'air frais à une Real Sociedad en apnée depuis le règne Moyes. De nouveaux principes et une idéologie de jeu émergent, rattachés à un modèle : la Dream Team de Johan Cruyff. Forcément, l'ambition renaît.

20 mai 1992, dans le mythique stade de Wembley. L'arbitre porte le sifflet à sa bouche et lâche trois coups stridents. Trois coups pour désigner la fin du match, et par conséquent, le vainqueur de la Coupe d'Europe des clubs champions 1991/1992. Dans une rencontre étriquée, le FC Barcelone parvient à se défaire de la Sampdoria de Gênes dans la prolongation (1-0). C'est la toute première C1 remportée par le Barça, quatre autres se sont rajoutées depuis. Mais si un homme est à l'origine de tous les grands succès blaugrana actuels, c'est bien Johan Cruyff, concepteur du football total. Heureux, le coach néerlandais félicite ses joueurs un à un. Les grands noms comme Hristo Stoïchkov ou Michael Laudrup bien sûr, mais aussi les travailleurs de l'ombre. Parmi eux, Eusebio Sacristán Mena arrive en tête de liste. Entré lors de cette fameuse finale, Jon Andoni Goikoetxea se souvient du personnage. "C'était un joueur très intelligent et à l'aise techniquement, explique l'ancien attaquant de poche du Barça. Il maniait bien le ballon au milieu du terrain. On ne pouvait pas dire qu'il avait des qualités exceptionnelles, mais ce qu'il faisait en match, il le faisait proprement. Même s'il n'était pas très rapide, Cruyff pouvait le faire basculer en latéral droit, parce qu'il perdait très rarement le ballon et couvrait bien sa zone. Sa grande qualité, c'était sa vision du jeu balle au pied. Même actuellement, je pense qu'il s'adapterait très bien dans le collectif du Barça." Et pour cause : le Barça, c'est une machine que l'ancien milieu relayeur connaît très bien, surtout quand elle fonctionne à plein régime.

L'aîné de Guardiola


Eusebio au Barça, c'est une histoire qui commence à l'été 1988. Arrivé en provenance de l'Atlético Madrid, le joueur est directement recruté par Cruyff. Par son flair, le "Hollandais volant" perçoit son profil comme celui d'une tourelle de contrôle, aussi défensive que constructrice. Bingo. Eusebio joue 47 matchs la première année, 40 la deuxième et 42 la troisième. En sept saisons chez les Culés, l'homme ne reçoit qu'un seul carton rouge pour 247 rencontres disputées. Sergio Busquets avait pour modèle Pep Guardiola. Et comme tout le monde l'apprend un jour, Pep avait aussi un grand frère. "L'idée de la relation entre Pep et…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant