Eurotunnel va faire appel contre l'interdiction d'exploitation de ses ferries

le
1
Eurotunnel va faire appel contre l'interdiction d'exploitation de ses ferries
Eurotunnel va faire appel contre l'interdiction d'exploitation de ses ferries

Un drôle de pataquès. Alors que l'autorité de la concurrence française avait autorisé en 2012 l'exploitation des navires de la compagnie My Ferry link, les anciens bateaux de SeaFrance rachetés par Eurotunnel, l'autorité britannique de la concurrence vient de prendre, ce jeudi 6 juin, une décision radicalement différente en interdisant le départ des navires du port britannique de Douvres pendant deux ans avec n'importe quel ferry et pendant dix ans pour le Berlioz et le Rodin (ses deux plus gros bateaux).

«Il ne peut pas être bon pour la concurrence qu'Eurotunnel qui détient déjà une part de marché de plus de 40% (sur les liaisons transmanche), étende son activité aux ferries», a estimé Alasdair Smith, le président du groupe d'enquête britannique en ajoutant :«Les consommateurs seraient perdants si Eurotunnel étendait encore plus sa part de marché et pouvait augmenter les prix des services du tunnel sous la Manche.» Faux répond Jacques Gounon, le pdg d'Eurotunnel. «En réduisant l'offre de service, cela se traduira pas une hausse des prix de la traversée», prévient-il sans oublier les pertes de recettes pour les villes de Calais et de Douvres.

Une mesure «au détriment du consommateur»

Pour Eurotunnel qui avait acheté, l'an passé, trois navires appartenant à SeaFrance, après la liquidation judiciaire de la société maritime française a décidé de faire appel de cette décision qui menace 460 salariés. «Le Groupe trouve incompréhensible et gravement disproportionnée cette décision, explique Eurotunnel. Elle ne repose sur aucun fait concret mais uniquement une conjonction aléatoire d'hypothèses virtuelles». En outre, l'opérateur estime que cette mesure «organise de fait l'activité maritime du Détroit en duopole au détriment du consommateur et interdit l'accès à un port, en contradiction totale avec la libre circulation en vigueur en Europe.»

Le 9 janvier 2012, le tribunal de commerce de Paris ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1693744 le jeudi 6 juin 2013 à 11:51

    tiens les anglais privatisent leur port....hum hum protectionnisme pour un pays libéral