Europol porte la guerre contre l'EI sur les réseaux sociaux

le , mis à jour à 17:54
0

LONDRES, 22 juin (Reuters) - Europol, l'office européen de police criminelle basé à La Haye, a annoncé lundi la création d'une nouvelle unité dont la mission sera de procéder à la fermeture de certains comptes utilisés par les partisans du groupe Etat islamique sur les réseaux sociaux pour diffuser leurs messages et recruter des combattants. L'ambition de cette unité de 10 à 20 policiers, qui sera opérationnelle le mois prochain, est de lutter contre la machine de communication mise au point par Daech dont la production est estimée à environ 100.000 tweets par jour. "L'un des principaux enjeux pour nous est le nombre, l'échelle de tout cela. Nous parlons de dizaines de milliers de comptes d'utilisateurs actifs dans cet espace", a dit Rob Wainwright, le directeur d'Europol. "Nous allons recouper ce que nous observons en ligne avec les renseignements qui nous parviennent de sources plus traditionnelles afin d'essayer d'identifier les utilisateurs de comptes influents et d'avoir un impact stratégique en éliminant ceux qui comptent vraiment", a-t-il expliqué à Reuters dans un entretien téléphonique. Environ 5.000 personnes, selon les estimations, ont quitté leur pays en Europe occidentale pour se rendre en Syrie ou en Irak, la plupart d'entre elles s'enrôlant dans les rangs de l'Etat islamique. Europol n'a pas le pouvoir de fermer lui-même les comptes d'utilisateurs de réseaux sociaux. La nouvelle unité d'une petite vingtaine de personnes travaillera en collaboration avec les entreprises de ce secteur, dont l'identité n'a pas été précisée. Les dirigeants européens reprochent à Twitter et à Facebook de ne pas se montrer suffisamment intransigeants pour limiter les messages prônant la violence sur leurs plateformes. Rob Wainwright espère que cette initiative d'Europol va permettre une meilleure coordination avec les deux géants des réseaux sociaux. Selon le think-tank américain Brookings Institution, le nombre de comptes Twitter soutenant l'Etat islamique serait d'au moins 46.000, la fourchette haute de cette évaluation fournie en mars s'établissant à 90.000. (Michael Holden; Pierre Sérisier pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant