Europol lance un nouvel outil contre l'extorsion par piratage

le
0
Europol lance un nouvel outil contre l'extorsion par piratage
Europol lance un nouvel outil contre l'extorsion par piratage

L'Office européen des polices Europol, la police néerlandaise et les entreprises de cybersécurité Kaspersky Lab et Intel Security lancent lundi un nouveau site internet destiné à combattre une montée de l'extorsion par piratage, a annoncé Europol.Lors de ces attaques, les pirates informatiques prennent le contrôle des PC, tablettes et smartphones en utilisant des logiciels extorqueurs, "ransomware" ou "rançongiciels", avant de réclamer ensuite de l'argent à l'utilisateur de l'appareil en échange du code de déblocage des données.L'initiative "No more ransom" ("Plus de rançon") est un nouveau portail en ligne "destiné à informer le public des dangers de l'extorsion par piratage et à aider les victimes à retrouver leurs données dans devoir payer de rançon aux cybercriminels", ont expliqué les différents organismes dans un communiqué commun."L'extorsion par piratage est une menace élevée pour la police européenne. Près des deux-tiers des pays membres de l'Union européennes mènent des enquêtes au sujet de cette forme d'attaque", a précisé l'Office européen des polices, basé à La Haye.Outre des conseils pour éviter la prise en otage de leurs données, le site www.nomoreransom.org offre également aux utilisateurs 160.000 clés de déblocage de données en cas d'infection d'un appareil.Par ailleurs, il est conseillé aux victimes de ne pas payer de rançons en cas de piratage mais d'immédiatement en faire état aux autorités. "De plus, il n'y a aucune garantie que payer vous rendra accès à vos données cryptées", souligne le communiqué.Débourser la rançon "stimule l'économie clandestine et, en guise de résultat, nous faisons face à une hausse du nombre de nouveaux pirates et d'attaques", a expliqué Jornt van der Wiel, chercheur chez Kaspersky Lab.Selon l'entreprise, le nombre de victimes a récemment été multiplié par cinq, passant de 131.000 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant