Européennes : Valls met en garde contre «l'isolement de la France»

le
4
Européennes : Valls met en garde contre «l'isolement de la France»
Européennes : Valls met en garde contre «l'isolement de la France»

Pour la troisième fois en cinq semaines, le Premier ministre s'est invité chez les Français à l'heure du dîner. Manuel Valls était, ce dimanche soir, l'invité du 20 heures de TF1. L'occasion pour lui de tenter de mobiliser les électeurs, à quinze jours des européennes, mais aussi de leur faire passer ce message : oui, le gouvernement a pris la mesure du sentiment de ras-le-bol fiscal. Le chef du gouvernement en a également profité pour défendre la réforme territoriale que l'exécutif entend mettre en place en dépit des protestations qu'elle suscite et pour assurer de la solidité de sa majorité.

Les élections européennes. «C'est un scrutin décisif qui est majeur pour l'avenir de la France et de l'Europe», notamment parce que, pour la première fois, les électeurs vont choisir le président de la Commission européennes, plaide le Premier ministre. «Là, il y a un choix décisif : de quelle Europe voulons-nous?» a tenté de mobiliser Valls, alors que l'abstention promet de battre des records. «Les sondages pour ma formation politique ne sont pas bons», reconnaît au passage le chef du gouvernement, tout en mettant en garde contre la montée des partis populistes. S'ils arrivaient en tête, prévient-il  en reprenant les propos du président François Hollande, cela reviendrait à «faire sortir la France de l'Histoire», cela conduirait à «l'isolement de la France». «Que les Français participent, choisissent une Europe du progrès et qu'ils rejettent les populistes qui n'aiment ni la France, ni l'Europe», conclut-il.

Les impôts. Bien décidé à montrer qu'il comprend le sentiment de ras-le-bol fiscal, Manuel Valls lâche, alors qu'il est interrogé sur la hausse de la fiscalité : «Ça suffit.» «Trop d'impôts, tue l'impôt. Et tue la compétitivité de notre pays», admet-il. Rappelant qu'à ses yeux, «la gauche, c'est la justice sociale», il promet de «réduire l'impact des hausses d'impôts cumulées, à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le lundi 12 mai 2014 à 08:42

    l'isolement de la FRANCE est du fait des les élus qui se précipitent, non pas pour REPRESENTER la FRANCE , mais pour se faire élire, et sucer tous les avantages inhérents à la fonction (indemnités, pas de cotisations, retraites béton, sieste gros cigares cumulards.... ils faut virer tous ces nuisibles pilleurs de l'europe - et en plus ce sont eux qui demande aux travailleurs de faire des efforts HONTEUX

  • mipolod le lundi 12 mai 2014 à 08:06

    Les électeurs et même les abstentionnistes ne veulent pas l'isolement de la France mais celui des social.os et des énarques. Ce n'est pas un vœux ou souhait c'est une question de survie du pays !!!

  • M3182284 le lundi 12 mai 2014 à 00:00

    Dehors la liste Schulz

  • delapor4 le dimanche 11 mai 2014 à 23:48

    La France isolée de qui? C'est tous les peuples aujourd'hui qui veulent se libérer de cette "prison des peuples" !!