Europe/PMI-Ralentissement de la croissance du secteur privé

le
0
    PARIS/BERLIN/LONDRES, 24 juillet (Reuters) - Principaux 
résultats préliminaires, publiés lundi, des enquêtes Markit 
auprès des directeurs d'achat en France, en Allemagne et dans la 
zone euro : 
     
    * ALLEMAGNE-LA CROISSANCE DU PRIVÉ RALENTIT PLUS QUE PRÉVU 
    BERLIN - La croissance du secteur privé allemand a ralenti 
plus que prévu en juillet, en raison notamment des fermetures 
estivales des usines. 
    L'indice composite, qui mesure l'activité à la fois dans 
l'industrie et les services, a reculé à 55,1, soit un creux de 
six mois, montrent les premiers résultats de l'enquête PMI de 
Markit publiée lundi. Il s'agit de sa deuxième baisse mensuelle 
consécutive. 
    Les économistes interrogés par Reuters attendaient en 
moyenne 56,3. L'indice reste cependant largement au-dessus de la 
barre de 50 à partir de laquelle il rend compte d'une 
croissance. 
    Markit ne voit pas dans ce repli un signe que la première 
économie d'Europe entre dans un cycle de ralentissement. 
    "On observe souvent une pause dans les taux de croissance", 
estime Chris Williamson, économiste chez Markit. "(L'indice) est 
très élevé depuis quelque temps maintenant", et particulièrement 
en Allemagne. Nous sommes en juillet (période de vacances) 
(...), mois pendant lequel les usines ferment", souligne-t-il. 
    L'activité dans le secteur manufacturier a légèrement 
ralenti, son indice s'établissant à 58,3, son plus bas niveau 
depuis trois mois, contre 59,6 en juin. 
    L'activité des services a également marqué le pas, à 53,5, à 
un creux de six mois, contre 54,0 le mois dernier. 
    "Cela ne signifie pas un ralentissement fondamental de la 
demande. Ça ne m'inquiète pas beaucoup", a dit Chris Williamson. 
    La forte demande venue d'Europe, d'Amérique et d'Asie a 
entraîné une croissance pour la 31e mois consécutif des 
commandes nouvelles. 
    En dépit du ralentissement de la hausse des nouvelles 
commandes et d'un marché de l'emploi solide, les délais de 
livraisons ont augmenté à leur rythme le plus rapide depuis 
avril 2011. 
    La production industrielle et les exportations ont augmenté 
plus que prévu en mai, confirmant les anticipations des 
analystes qui estiment que le commerce extérieur contribuera à 
la croissance économique cette année. 
    Les économistes de Markit prévoient une croissance de 2% 
cette année, ce qui serait la meilleure performance de 
l'économie allemande depuis 2011. 
     
    * FRANCE-LA CROISSANCE DU PRIVÉ RESTE SOLIDE 
    PARIS - La croissance de l'activité dans le secteur privé 
est restée solide en juillet en France, malgré un léger 
ralentissement par rapport à son rythme de juin, selon la 
version préliminaire des indices Markit publiés lundi. 
    L'indicateur du secteur manufacturier s'est établi à 55,4 ce 
mois-ci, se maintenant pour le dixième mois consécutif au-dessus 
du seuil de 50. 
    Au plus haut depuis mai 2011, il s'inscrit en hausse par 
rapport à la marque de 54,8 de juin, alors que les économistes 
interrogés par Reuters l'attendaient en très léger repli à 54,6. 
    Celui des services a en revanche reculé davantage 
qu'attendu, passant de 56,9 en juin à 55,9 en juillet, pour un 
consensus des économistes de 56,7.  
    L'indice composite, qui associe des éléments de l'indice des 
services et de celui du secteur manufacturier, s'est établi à 
55,7 après 56,6 en juin, alors que les économistes l'attendaient 
en moyenne à 56,4. 
    Il s'agit pour ces deux derniers indices d'un plus bas de 
six mois et du douzième mois consécutif de croissance de 
l'activité.  
    En juillet, la composante production de l'indice 
manufacturier a une nouvelle fois connu une croissance robuste. 
Du côté des commandes, la hausse a continué au même rythme dans 
le secteur manufacturier mais a ralenti dans les services.  
    Cette poursuite de la progression de la demande a incité les 
entreprises à augmenter leurs effectifs, la composante emploi de 
l'indice du secteur manufacturier et de celui des services se 
maintenant en zone de croissance pour le neuvième mois 
d'affilée.  
    Dans ce contexte, le degré d'optimisme des chefs 
d'entreprises pour les douze mois à venir est resté élevé, même 
s'il a légèrement reflué pour toucher un plus bas de six mois.  
 
 (Bureaux européens de Reuters, Myriam Rivet et Catherine 
Mallebay-Vacqueur pour le service français) 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux