Europe/PMI-La Grèce freine la croissance manufacturière

le , mis à jour à 11:19
0

(Actualisé avec le Royaume-Uni et la Grèce) PARIS/LONDRES/BERLIN, 1er juillet (Reuters) - Principaux résultats, définitifs pour l'Allemagne, la France et la zone euro, des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat du secteur manufacturier en Europe publiés mercredi. * ZONE EURO-LA GRÈCE FREINE LA CROISSANCE MANUFACTURIÈRE LONDRES - La croissance manufacturière a un peu accéléré en juin dans la zone euro mais elle est restée molle, conséquence de l'incertitude pesant sur l'avenir de la Grèce dans le bloc monétaire. L'indice des directeurs d'achats (PMI) Markit dans l'industrie manufacturière est ressorti à 52,5 en juin, un plus haut de 14 mois, contre 52,2 en mai. Il confirme l'estimation initiale, donnée avant que la Grèce ne se retrouve en défaut de paiement vis-à-vis du Fonds monétaire international (FMI) en n'ayant pas honoré mardi une échéance de 1,6 milliard d'euros. Le sous-indice de la production, qui est intégré dans l'indice composite attendu vendredi, s'établit à 53,6 contre une estimation flash de 53,5 et 53,3 en mai. "Le rythme de croissance reste globalement terne, rien d'impressionnant. Ce n'est sans doute pas étonnant au vu du haut degré d'incertitude entourant les discussions sur la dette grecque observé durant le mois", a dit Chris Williamson, chef économiste de Markit. Malgré ce contexte, les entreprises industrielles ont augmenté leurs prix, à une cadence sans égale depuis la fin 2013. L'indice des prix a monté à 51,0 contre 50,0, une bonne nouvelle pour la Banque centrale européenne (BCE) qui veut faire remonter l'inflation de la zone euro vers son objectif d'un peu moins de 2,0%. * ALLEMAGNE-ACCÉLÉRATION DE LA CROISSANCE MANUFACTURIÈRE BERLIN - Le secteur manufacturier allemand a vu sa croissance s'accélérer en juin, à la faveur d'une hausse à la fois de nouvelles commandes et de la production, des données suggérant que la première puissance économique européenne a bien terminé le deuxième trimestre. L'indice PMI manufacturier définitif a ainsi été confirmé à 51,9 le mois dernier, contre 51,1 en mai, restant au-dessus de la barre des 50 séparant contraction et expansion d'une activité pour le septième mois d'affilée. Le secteur manufacturier représente un cinquième du produit intérieur brut (PIB) allemand. "Les résultats PMI du mois de juin attestent d'une accélération de la croissance de la production des manufacturiers allemands", estime Oliver Kolodseike, économiste chez Markit. "En outre, cette hausse de la production était généralisée, puisqu'une croissance a été observée dans les secteurs des biens à la consommation, des biens intermédiaires et des biens d'équipement." * FRANCE-LE SECTEUR MANUFACTURIER RENOUE AVEC LA CROISSANCE PARIS - L'activité dans le secteur manufacturier a renoué avec la croissance en juin en France pour la première fois en 14 mois, selon les résultats définitifs de l'enquête mensuelle auprès des directeurs d'achat publiés mercredi par Markit. L'indice global du secteur est ressorti à 50,7 contre 49,4 un mois plus tôt, un niveau légèrement plus élevé que la première estimation "flash" (50,5) publiée fin juin et qui dépasse la barre de 50 pour la première fois depuis avril 2014. La composante production de l'indice a également passé la barre des 50 (50,1) pour la première fois depuis le printemps 2014. L'emploi a continué de reculer mais à un rythme "modéré", un grand nombre d'entreprises "faisant état du non remplacement des départs volontaires. * GB-CROISSANCE MANUFACTURIÈRE LA PLUS FAIBLE EN DEUX ANS LONDRES - La croissance du secteur manufacturier britannique est, contre toute attente, retombée en juin à son rythme le plus faible en plus de deux ans, sous le coup d'une demande mitigée en provenance d'Europe pour les produits à l'exportation du pays en raison de la vigueur du dollar. L'indice Markit/CIPS s'est établi à 51,4, au plus bas depuis avril 2013, contre 51,9 en mai (chiffre révisé en baisse). Ce niveau est inférieur aux prévisions de tous les économistes interrogés par Reuters, qui avaient anticipé en moyenne 52,5. Il reste néanmoins supérieur à la barre des 50. Le ralentissement observé dans le secteur manufacturier suggère que la Grande-Bretagne va devenir encore plus dépendante d'autres secteurs, celui des services en tête, pour la vigueur de sa croissance. "Le secteur manufacturier britannique a connu dans son ensemble un deuxième trimestre décevant", a déclaré Rob Dobson, économiste chez Markit. Il y a toutefois un point positif du côté de l'emploi, le mois de juin ayant été caractérisé par un niveau d'embauches le plus élevé en trois mois. * ITALIE-LA CROISSANCE DE L'ACTIVITÉ MANUFACTURIÈRE RALENTIT ROME - Le secteur manufacturier italien a vu sa croissance ralentir plus que prévu en juin, en raison notamment d'une moindre augmentation des nouvelles commandes par rapport au mois précédent. L'indice PMI Markit/ADACI est ainsi revenu à 54,1, contre 54,8 en mai, niveau qui avait constitué un pic de plus de quatre ans. Les économistes avaient anticipé 54,4. Cet indice reste toutefois au-dessus de la barre des 50 pour le cinquième mois de suite. Et, selon Markit, malgré le léger recul de juin, le niveau moyen de l'indice PMI manufacturier du deuxième trimestre dans son ensemble est le plus élevé en plus de quatre ans. Après trois années de récession, l'économie italienne, la troisième de la zone euro, devrait renouer cette année avec la croissance. * ESPAGNE-L'INDICE PMI MANUFACTURIER SE TASSE À 54,9 EN JUIN MADRID - L'indice PMI manufacturier de Markit pour l'Espagne s'est tassé en juin tout en continuant de dénoter une forte croissance pour le pays sorti l'an dernier de cinq années de crise. L'indice, bien qu'en repli à 54,5 contre 55,8 en mai, reste pour le 19e mois d'affilée au-dessus de la barre de 50. La composante de l'emploi a atteint 54,9 contre 54,7, son meilleur niveau depuis huit ans, un signe encourageant pour le marché du travail dans un pays où un actif sur quatre reste sans emploi. * PAYS-BAS-NOUVELLE HAUSSE DE L'INDICE PMI MANUFACTURIER AMSTERDAM - La croissance du secteur manufacturier néerlandais a encore accéléré en juin, avec notamment des commandes nouvelles qui ont enregistré leur hausse la plus marquée en 18 mois. L'indice PMI Markit/NEVI ressort ainsi à 56,2 le mois dernier contre 55,5 en mai. Quatre des cinq composantes de l'indice sont en hausse, seule celle mesurant les temps de livraison des fournisseurs ayant reculé. "La vigueur de l'expansion augmente la possibilité de voir le produit intérieur brut (PIB) du deuxième trimestre attester d'une accélération de la croissance après la hausse de 0,6% du PIB observée au premier trimestre", a déclaré Jack Kennedy, économiste chez Markit. * IRLANDE-CROISSANCE MANUFACTURIÈRE AU PLUS DEPUIS 16 MOIS DUBLIN - Le secteur manufacturier irlandais a connu en juin son rythme de croissance le plus faible depuis 16 mois, avec un ralentissement observé aussi bien du côté des nouvelles commandes que de l'emploi. L'indice PMI Investec est revenu à 54,6 le mois dernier contre 57,1 en mai. En février il avait atteint un pic de 15 ans de 57,5. Cet indice est toutefois au-dessus de la barre des 50 depuis mai 2013, époque où le pays, qui a affiché la croissance la plus élevée de toute l'Union européenne en 2014, était encore sous le coup d'un programme d'aide international. "En tout, même si la plupart des indices dénotent une fin du deuxième trimestre moins soutenue, nous pensons que le niveau d'activité du secteur manufacturier va remonter au deuxième trimestre, sous réserve que la crise grecque est contenue", a estimé Philip O'Sullivan, économiste chez Investec. * GRÈCE-LE SECTEUR MANUFACTURIER SE CONTRACTE ENCORE ATHENES-Le secteur manufacturier grec, qui représente 10% du PIB du pays, s'est contracté en juin pour le dixième mois de suite, en raison notamment d'une forte baisse des commandes à l'exportation et de la production. L'indice PMI Markit est ainsi retombé à 46,9, son deuxième plus bas en deux ans. "La contraction accélérée de la production de biens en juin s'est soldée par le pire trimestre en deux ans pour le secteur manufacturier grec", a déclaré Phil Smith, économiste chez Markit. "Avec les négociations sur la dette qui ont eu lieu en juin, la demande a été atone, ce qui a conduit les nouvelles commandes -- aussi bien passées par des clients nationaux qu'internationaux -- à reculer encore plus qu'en mai." (Benoit van Overstraeten, Wilfrid Exbrayat et Yann Le Guernigou pour le service français, édité par Véronique Tison)

 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant