Europe : Paris refuse la proposition d'Angela Merkel

le
0
La réforme institutionnelle n'est pas d'actualité, selon le ministre des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve.

C'est par une fin de non-recevoir que la France a répondu au souhait de la chancelière allemande, Angela Merkel, de relancer l'intégration politique de l'Union européenne pour sauver la zone euro.

La France est «favorable à un approfondissement» de l'Europe politique, mais «la réforme institutionnelle ne peut être un préalable aux réponses urgentes qu'appelle la crise», a déclaré le ministre des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve, à l'AFP.

Répondant aux propositions la veille d'Angela Merkel en faveur d'une «union politique», le ministre a estimé que «la priorité n'est pas de mettre en chantier une nouvelle réforme institutionnelle» un an et demi après l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

Le renforcement de l'intégration politique en Europe «ne peut s'envisager sans l'adhésion des peuples et cette adhésion sera impossible aussi longtemps que l'Union européenne n'aura pas fait la démonstration de sa capacité à apporter des réponses à la cri

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant