Europe: les valeurs pétrolières plombent les Bourses.

le
0

(CercleFinance.com) - Les indices actions européens s'affaissent lourdement ce mardi, plombés par d'importants dégagements sur les valeurs pétrolières, dégagements liés à une note négative de l'agence de notation Standard & Poor's sur ce secteur.

En effet, elle a abaissé ses prévisions de prix pour le baril de Brent, à 40 dollars durant le reste de l'année 2016, avant 45 dollars en 2017 et 50 dollars ensuite, ce qui pèsera mécaniquement sur les cash-flows des grandes entreprises du secteur.

'La probabilité de dégradation d'un cran de la dette de plusieurs compagnies européennes est significative', prévient donc S&P's, qui dégrade déjà celle sur Shell.

Ce contexte lourd concernant le pétrole éclipse complètement de bonnes nouvelles sur le front du taux de chômage dans la zone euro, puisqu'il s'est trouvé ramené à 10,4% en décembre 2015, son niveau le plus faible depuis septembre 2011.

De même en Allemagne, le taux de chômage en données corrigées de variations saisonnières s'est tassé de 0,1 point d'un mois sur l'autre pour s'établir à 6,2% en janvier 2016.

Malgré cette donnée encourageante, le DAX de Francfort perd 1,3% avec notamment un repli de 3,4% pour Infineon. Le fabricant de semi-conducteurs a bien commencé son exercice, mais il a présenté des perspectives plus ternes pour le trimestre en cours.

Le FTSE de Londres dévisse de 1,8%, sous le poids en particulier d'une chute de 7,4% pour BP : aux propos négatifs de S&P's sur son secteur, s'ajoute la publication des résultats du groupe britannique, lourdement affectés par la chute des cours du pétrole.

Le CAC40 parisien lâche 1,9%, son poids-lourd pétrolier -Total (-3,8%)- essuyant lui aussi parmi les pires performances après avoir été placé sous surveillance négative par l'agence américaine en vue d'une possible baisse d'un cran d'ici la fin du mois.

L'AEX d'Amsterdam perd quant à lui 1,5%, miné bien sûr par la dégradation de note chez S&P's sur Shell (-3,1%), mais aussi par le décrochage d'autres valeurs comme le sidérurgiste ArcelorMittal (-4,4%).

A Bruxelles où le Bel20 -dépourvu de valeurs pétrolières- ne cède que 0,8%, l'assureur Delta Lloyd (-4,4%) fait figure de lanterne rouge, devant le chimiste Solvay (-3,5%).

Enfin, le PSI20 de Lisbonne recule de 1,2%, grevé en particulier par un retrait de 3% pour l'acteur pétro-gazier local Galp Energia, qui essuie la plus forte baisse de l'indice portugais.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant