Europe : les jeunes Grecs quittent le navire

le , mis à jour à 09:04
7
Europe : les jeunes Grecs quittent le navire
Europe : les jeunes Grecs quittent le navire

Il y a quasiment un an jour pour jour (c'était le 13 juillet 2015), la Grèce obtenait de ses voisins de la zone euro un plan d'aide de 80 Mds€. Alors que le peuple grec s'était prononcé contre le plan d'austérité défendu par Bruxelles, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque centrale européenne (BCE) lors d'un référendum organisé le 5 juillet, Alexis Tsipras, le Premier ministre grec, cédait finalement face aux créanciers de son pays, acceptant de mettre en place des réformes drastiques et des mesures d'austérité sans précédent (lire ci-dessous). Une décision qui a poussé de nombreux jeunes Grecs à faire leurs valises pour tenter l'aventure ailleurs en Europe. C'est le cas de George, 27 ans, installé à Bruxelles.

 

« J'ai fait des boulettes de viande, celles que tu aimes ! » Chaque dimanche après-midi, la conversation commence toujours de la même manière : devant leur écran d'ordinateur, grâce à Skype, Eleni et son mari racontent le menu du déjeuner à leur fils, installé depuis cinq mois dans la capitale belge.

 

« C'est pour lui rappeler le pays, peut-être que ça le fera revenir... » espèrent-ils. Malheureusement pour eux, il faudra plus que la nostalgie des bons petits plats. Car George a vu sa vie se métamorphoser depuis son départ.

 

Développeur informatique, il travaillait à Athènes pour deux éditeurs, plus de douze heures par jour, du lundi au samedi. Le tout pour 900 € par mois. Une chance, diront certains, quand on sait que la moitié des jeunes Grecs du pays sont au chômage et que le salaire minimum dépasse à peine les 600 €.

 

Pour autant, la crise ne l'a pas épargné. Ses employeurs n'ont pas réussi à le payer durant tout le dernier trimestre de l'année 2015. La faute notamment au contrôle des capitaux imposé par les créanciers européens à la Grèce l'été dernier, et qui complique considérablement les transferts d'argent avec les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA il y a 5 mois

    Gouverner c'est prévoir, et en fuyant un pays comdamné les jeunes font preuve de plus de lucidité et d'intelligence que leurs élites qui n'ont pas vu ou voulu voir venir la catastrophe...

  • SuRaCtA il y a 5 mois

    Les rats quittent le navire quand il coulent mais les rats se sont les politiques qui ont gouvernement après gouvernement ruiné les finances publiques (administration ne collectant pas l'impot, économie parallèle, absence de control sur les diverses indemnités, pas de cadastre...), pas les jeunes qui ne font que subirent les consequences de l'indigence de leurs soit disant reponsables politiques...

  • nayara10 il y a 5 mois

    Et puis ,grace à l'immigration de masse ,le pays va booster...

  • frk987 il y a 5 mois

    Vous savez les jeunes diplômés français sont dans l'obligation de faire de même, sauf que leur destination c'est les US, l'Australie, le Canada, la NZ, no future en Europe.

  • Cambio17 il y a 5 mois

    Des membres de ma famille sont allé en Grèce il y a 1 mois, le "black" et le cash marchent à fond...

  • luke4 il y a 5 mois

    Analogie avec le rat, le jeune grec appréciera.

  • jmlhomme il y a 5 mois

    Je n'ai pas pu lire l'article complet ( il faut s'abonner quand vous lisez trop) ... Ce qui est sur c'est que le jeune grec comme tous les jeunes reviendra sur son pays natal à 50 ou 60 ans.... Et que cette experience hors de son pays fera evoluer le pays de ses pratiques pas tout à fait logiques.