Europe: les Bourses réduisent leurs pertes avec le pétrole.

le
0

(CercleFinance.com) - Toujours angoissées par la situation en Chine, les Bourses européennes réduisent néanmoins leurs pertes en fin de séance, à la faveur d'une remontée des cours du pétrole.

'La peur est clairement sur le marché', estimaient toutefois les équipes d'IG ce matin. 'La menace d'une sévère dévaluation de la Chine visant à calmer les pressions liées à la déflation et à l'endettement plane au-dessus des marchés comme une épée de Damoclès'.

'Dans une telle situation, il est assez futile de pointer le fait que les fondamentaux se portent plutôt bien. Les marchés ne sont pas rationnels et lorsqu'ils sont soumis à des forces si puissantes, de tels arguments sont inopérants', poursuivaient les analystes.

La remontée des cours de l'or noir cet après-midi (au-dessus des 31 dollars le baril sur le WTI) permet cependant de réduire mécaniquement les replis des marchés actions par le billet de poids-lourds comme BP (+5%) ou Total (+3,3%).

A Francfort où le DAX lâche 1,2%, le groupe de cosmétiques Beiersdorf recule désormais de 1,4%, malgré la présentation d'un chiffre d'affaires annuel en ligne avec le consensus.

Le FTSE ne cède que 0,4% à Londres, une tendance à laquelle échappent néanmoins la maison de vêtements Burberry (+0,4%) et surtout le géant de la distribution Tesco (+6,3%) après leurs points d'activité respectifs.

Le CAC40 parisien perd quant à lui 1,4%, entrainé par une dégringolade de 9% de Renault, le constructeur automobile au losange faisant l'objet de craintes quant à une réédition du 'scandale Volkswagen' à la suite de perquisitions.

L'indice AEX d'Amsterdam cède 0,4%, les plus lourds dégagements étant clairement essuyés par le chimiste OCI (-3,3%) et surtout par le groupe de télécommunications Altice (-6,1%).

Le Bel20 de Bruxelles abandonne 1,8%, avec notamment un recul de 2,3% d'AB InBev, alors que le géant de la bière belgo-brésilien a levé 46 milliards de dollars pour financer pour partie le rachat de SABMiller.

Avec des pertes de 1,8%, le PSI 20 de Lisbonne affiche aussi l'une des pires performances en Europe, alourdi notamment par la chute du groupe de BTP Mota Engil (-5,4%).

Après le statu quo de la Banque d'Angleterre sur sa politique monétaire, les opérateurs ont pris connaissance, aux Etats-Unis, d'une baisse de 1,2% des prix à l'importation en décembre et d'une hausse des inscriptions au chômage (+7.000 à 284.000) la semaine dernière.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant