Europe : les banques françaises fuient la crise de la dette

le
0
Les fonds prêtés par les établissements français aux économies espagnoles, irlandaises, portugaises et grecques ont été réduits de 22% durant les trois derniers mois de 2010, à 238,5 milliards de dollars.

Tourmentés par les marchés, Grèce, Irlande, Portugal et Espagne n'ont plus les faveurs des banques françaises. Ces dernières ont réduit de 22% leur présence dans les pays périphériques de la zone euro entre le troisième et le quatrième trimestre 2010, selon les statistiques dévoilées ce jeudi par la Banque des règlements internationaux. Sur un an, leur présence s'est réduite d'un tiers.

Titres de dettes publiques, crédits aux entreprises et aux particuliers, mais aussi prêts aux banques locales: les établissements français ne détenaient plus que 238,5 milliards d'euros de créances dans ces États au 31 décembre 2010, contre 253,9 milliards à fin septembre. Cette évolution survient alors que ces quatre pays subissent depuis un an les foudres des marchés. Les investisseurs fuient ces pays jugés risqués à cause de leur endettement excessif.

Ne pas abandonner la Grèce

Les banques françaises avaient promis pour leur part, en mai dernier, de ne pas abandonner

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant