Europe: l'emploi américain pèse sur les indices actions.

le
0

(CercleFinance.com) - A part Londres qui prend 0,7% sur fond de chute de la livre sterling, les Bourses européennes s'enfoncent majoritairement dans le rouge après la parution d'un rapport du Département du Travail (DoL) décevant pour l'emploi américain en septembre.

Ainsi, Madrid lâche 1,6%, Lisbonne 1,1%, Amsterdam perd 0,9%, Bruxelles 0,8%, Milan 0,7%, Francfort 0,6%, Paris et Zurich 0,5%. A New York, le Dow Jones recule de 0,3%.

L'économie américaine n'a créé que 156.000 emplois non agricoles en septembre, alors que les économistes en anticipaient en moyenne 175.000, et le taux de chômage est remonté de 0,1 point à 5%, là où le consensus attendait un maintien à 4,9%.

'Les chiffres de l'emploi peuvent-ils être mauvais ? La réponse est clairement positive', prévenait ce matin Aurel BGC, rappelant que les indicateurs d'activité sur le mois d'août ont montré un recul de la consommation et de l'activité industrielle.

De tels chiffres ne semblent néanmoins pas suffisamment négatifs pour inciter la Réserve fédérale à remettre en cause le scénario d'une hausse des taux directeurs en décembre.

Dans le détail, le Département du Travail a fait état de 167.000 nouveaux postes dans le secteur privé en septembre, là où le cabinet ADP n'en avait dénombré que 154.000 mercredi.

La séance est aussi dominée par la chute de 2% de la livre sterling (vers 0,90 euro pour une livre) alors que selon le Financial Times, François Hollande aurait recommandé la fermeté face à Londres dans les négociations sur le Brexit.

Les opérateurs ont aussi pris connaissance de plusieurs données pour le mois d'août, notamment la production industrielle qui a grimpé de 2,5% en Allemagne et de 2,1% en France, mais reculé de 0,4% au Royaume Uni.

Sur le plan des valeurs, RWE s'affaisse de 6,3% et fait donc figure de lanterne rouge du DAX de Francfort alors qu'Innogy, la branche 'moderne' que le groupe énergétique vient de scinder, fait ses premiers pas en Bourse.

A Amsterdam, Delta Lloyd prend 2% alors que NN Group cède 1%, après que le premier ait décliné la proposition d'offre publique d'achat 'non sollicitée' à 2,4 milliards d'euros présentée par le second.

A contre-courant de la tendance à Londres, Hays lâche 2,7% dans le sillage d'un abaissement de recommandation chez UBS de 'achat' à 'neutre', et ce malgré un objectif de cours remonté de 130 à 140 pence.

Total grappille 0,1% à Paris, à la suite de la cession par le groupe pétrolier de sa filiale de chimie de spécialités Atotech au fonds d'investissement Carlyle, pour 3,2 milliards de dollars.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant