Europe: indices actions en berne avec le pétrole.

le
1

(CercleFinance.com) - La déprime règne au sein des Bourses européennes, gagnées par la crainte d'un resserrement monétaire aux Etats-Unis dès cet été et plombées par une rechute des cours du pétrole.

'Selon une enquête du Wall Street Journal publiée hier, une majorité d'économistes d'institutions bancaires estiment que la Fed va relever ses taux d'intérêt cet été, en dépit de la faiblesse inattendue du rapport sur l'emploi de mai', pointe un gérant de Barclays Bourse.

Le professionnel considère que si le rapport sur l'emploi de juin est bon et s'il n'y a pas de 'Brexit', les paris restent ouverts pour une augmentation du loyer de l'argent en juillet.

Le marché pâtit aussi du reflux du baril de pétrole brut léger américain qui lâche 1,8% pour repasser sous le seuil psychologique des 50 dollars, à 49,7 dollars plus précisément.

A Londres où le FTSE perd 1,5%, BP ne cède que 1,3% après l'annonce de la création d'Aker BP, une société pétrolière d'exploration et de production (E&P) indépendante combinant les activités norvégiennes du groupe britanniques avec celles de Det norske.

Le DAX de Francfort dévisse de 2%, la lanterne rouge revenant à Lufthansa qui a dévoilé jeudi soir de faibles chiffres de trafic pour le mois de mai, et annoncé le prochain départ de sa directrice financière.

Le CAC40 s'affaisse de 1,6%, seul Nokia (+0,1%) parvenant à garder son équilibre alors que l'équipementier télécoms a annoncé son intention de racheter Gainspeed, start-up spécialisée dans les architectures d'accès distribuées pour les services câblés.

Le Bel20 de Bruxelles abandonne aussi 1,6%, entrainé notamment par la banque ING (-2,5%), le groupe de chimie Solvay (-2,3%) et le conglomérat Ackermans (-2,2%).

A Amsterdam où l'AEX perd 1,6%, Randstad lâche 3,3% après un accord portant sur l'acquisition de Careo Group, une opération qui permet au groupe de ressources humaines de doubler sa présence dans la région de Tokyo.

Le PSI de Lisbonne recule enfin de 1,3%, seuls l'établissement bancaire CEMG (+0,6%) et surtout le groupe télécoms PHarol (+3,7%) parvenant à tirer leurs épingles du jeu.

La journée s'annonce calme ce vendredi aux Etats-Unis, avec un seul indicateur à l'agenda de la semaine, à savoir l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7188146 il y a 6 mois

    si déprime il y a, au moins vous pouvez être certain d'y avoir participé, mais entre le pétrole à moins 1 et les banques à moins 3 si vous vouliez bien apporter vos lumières vous qui vous prenez pour l'astre des affaires et de leurs prédictions...