Europe et investissements pèsent sur le 3e trimestre de BMW

le
0
BMW CONFIRME SES PRÉVISIONS ANNUELLES
BMW CONFIRME SES PRÉVISIONS ANNUELLES

BERLIN (Reuters) - BMW a annoncé mardi une baisse plus marquée qu'attendu du bénéfice d'exploitation de ses activités automobiles au troisième trimestre, conséquence des investissements engagés dans le lancement de nouveaux modèles et des remises pratiquées sur certains des principaux marchés européens.

Le bénéfice avant impôt et charges financières (Ebit) de la division a reculé de 6% à 1,55 milliard d'euros, alors que les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 1,59 milliard.

La marge d'Ebit des activités automobiles du constructeur munichois a ainsi reculé d'un demi-point à 9% sur juillet-septembre, contre 9,4% pour Audi, la marque haut de gamme de Volkswagen, et 7,3% pour Mercedes-Benz (groupe Daimler).

Pour le quatrième trimestre, le groupe s'attend une marge d'Ebit située dans le bas de la fourchette des prévisions.

BMW est actuellement engagé dans un vaste renouvellement de sa gamme qui passe par la sortie de 25 nouveaux modèles sur la période 2013-2014. Les coûts de lancement de l'i3, une voiture 100% électrique qui doit arriver dans les concessions ce mois-ci, ont notamment pesé sur les comptes trimestriels.

Les exercices 2013 et 2014 devraient marquer un "pic" en terme de dépenses de recherche et développement, a expliqué mardi le directeur financier du groupe, Friedrich Eichiner.

A la Bourse de Francfort, l'action BMW perdait 3,46% à 80,71 euros à 10h33 GMT, la plus forte baisse de l'indice Dax qui cédait alors 0,31%. L'indice Stoxx 600 du secteur automobile abandonnait 0,98% au même moment.

"Une fois que les coûts de lancement diminueront, l'accent sera de nouveau mis sur la croissance", estime Arndt Ellinghorst, responsable de la recherche sur le secteur automobile au cabinet londonien ISI, dans une note à ses clients après les résultats.

BMW a confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année, disant viser une marge d'Ebit de 8% à 10% dans ses activités automobiles et un bénéfice imposable à l'échelle du groupe stable par rapport à celui de 7,82 milliards d'euros réalisé l'an dernier.

Il a toutefois souligné que le contexte sur les marchés automobiles resterait "volatil et difficile" au cours des prochains mois. Le président du directoire du groupe a précisé que les marchés automobiles européens pourraient ne pas rebondir avant le second semestre de l'an prochain.

Pour cette année, BMW vise une hausse inférieure à un chiffre de ses livraisons en incluant les marques Rolls-Royce et Mini, ce qui lui permettrait d'inscrire un nouveau record.

Andreas Cremer; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant