Europe: en ordre dispersé alors que Wall Street tergiverse.

le
0

(CercleFinance.com) - Les marchés actions européens hésitent à l'approche de la clôture et alors que Wall Street a ouvert en léger repli.

Vers 16h40, le Dax grignote 0,1%, tandis que le SMI (Zürich) prend 0,4%. Le CAC 40, l'AEX (Amsterdam) et le BEL 20 (Bruxelles), eux, sont stables. Enfin, le Footsie 100, l'Ibex 35 (Madrid) et le Footsie MIB (Milan) lâchent respectivement 0,1, 0,3 et 0,5%.

Au chapitre des indicateurs, les prix à l'importation aux Etats-Unis ont reculé de 0,2% le mois dernier, après une série de 3 hausses consécutives, a fait savoir le Départment du Travail en début d'après-midi. En excluant les produits pétroliers, ils ont cependant progressé dans les mêmes proportions, après +0,4% en février (chiffre révisé de +0,3%), tandis que les prix à l'exportation ont augmenté de 0,2% en mars, après une hausse de 0,3% le mois précédent.

Sur le marché des changes, l'euro grappille 0,1% environ face au dollar à 1,0613, tandis que le baril de Brent est à peu près stable à 56,3 dollars.

L'actualité est assez dense sur le front des valeurs. Parmi elles, Daimler (+0,5%), un temps en tête du Dax, a présenté des comptes trimestriels préliminaires supérieurs aux attentes. Ceux-ci ont été marqués par un résultat d'exploitation trimestriel positif de 4 milliards d'euros, en hausse de 86,6% sur un an.

Son compatriote et concurrent BMW (+0,7%) a de son côté annoncé avoir livré 254.862 véhicules le mois dernier, soit une hausse de 5,9% sur un an et un nouveau record.

Toujours à Francfort, Bloomberg a évoqué des discussions en vue de la création d'une co-entreprise entre Siemens (-0,4%) et le canadien Bombardier, ce qui pourrait isoler Alstom face à CRRC, le leader chinois du secteur.

A Amsterdam, le feuilleton AkzoNobel (-0,8%) se poursuit. Le groupe chimique néerlandais, qui refuse d'être avalé par l'américain PPG, a en effet indiqué que plusieurs actionnaires, dont le fonds activiste new-yorkais Elliott Advisors, ont demandé la tenue d'une assemblée générale extraordinaire (AGE) en vue de démettre de ses fonctions le président du conseil de surveillance, Antony Burgmans, ce que l'instance refuse...

Enfin, à Londres, Tesco, lanterne rouge du Footsie 100, dévisse de 4,9% sur fond de comptes annuels dégradés, avec une perte de 40 millions de livres sur l'exercice clos fin février en raison d'une charge exceptionnelle de 235 millions.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant