EuropaCity, un autre grand projet contesté

le
0

INFOGRAPHIE - Auchan veut créer en 2021 à Gonesse, dans le Nord de Paris, un nouveau quartier mêlant centre commercial géant et zone de loisirs XXL avec parc à thème et piste de ski indoor. Un projet urbain qui supprimerait une zone agricole, au grand dam d’une opposition qui grossit.

À qui le tour après l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et le barrage de Sivens? Y aura-t-il un autre grand projet plombé par l’activisme de quelques ultras du développement durable? EuropaCity qui se veut un nouveau quartier à Gonesse, près de Roissy, mêlant centre commercial géant et zone de loisirs de taille XXL présente plusieurs caractéristiques qui pourraient l’entraîner dans l’oeil du cyclone des croisés de la décroissance. Même si, aujourd’hui, il n’y a qu’une opposition locale assez timide.

D’abord, il s’agit d’un énorme projet de 80 ha qui mordra sur des zones agricoles. Là où il y a des champs aujourd’hui, le promoteur de ce projet, Auchan, ambitionne de tricoter à l’horizon 2021 un nouveau morceau de ville avec 760.000 m2 de surfaces nouvelles. Un projet où le groupe, contrôlé par la famille Mulliez, compte investir deux milliards d’euros. On n’a jamais vu cela en france depuis la création de Disneyland Paris. Au programme, un énorme centre commercial de 200.000 m2 mais aussi des équipement de loisirs comportant un parc aquatique couvert, une piste de ski indoor, un parc à thème, une salle de spectacle accueillant à demeure une compagnie de cirque internationale…

«Ce sont les pouvoirs publics qui ont décidé»

Si l’ouverture est envisagée en 2021, c’est que l’accès par les transports devrait être facilité à cette période. Une gare du RER D mettant Europacity à 25 minutes de la gare du Nord à Paris est prévue en 2020. Et une gare de la ligne 17 du Grand Paris est attendue en 2024.

Mais cette urbanisation n’est pas du goût, notament, du Collectif du triangle de Gonesse, organisateur de plusieurs manifestations contre EuropaCity. Sur son site Internet, cette association s’en prend au projet d’Auchan qu’elle accuse de détruire d’excellentes terres agricoles. «Ce sont les pouvoirs publics qui ont décidé d’urbaniser ce territoire ; pas Auchan», se défend Christophe Dalstein, en charge du projet EuropaCity chez Immochan, la société foncière d’Auchan. Mi-octobre, Manuel Valls a encore rappelé qu’EuropaCity faisait partie des projets soutenus par le gouvernement dans le cadre du Grand Paris.» Par ailleurs, le Conseil régional d’Ile-de-France avec une majorité PS-Verts a adopté le schéma directeur de la région qui entérine ce projet. «Nous ne faisons ni un barrage, ni un aéroport mais une destination utilisée par tout le monde», ajoute Christophe Dalstein. Il précise que, selon un sondage réalisé fin 2013, plus de 70 % des habitants des communes avoisinantes sont favorable à EuropaCity qui promet la création de 11.500 emplois directs.

Une situation bloquée

Les opposants d’EuropaCity lui reprochent aussi d’envisager de créer un énorme centre commercial alors qu’il y en a déjà deux dans le même périmètre (le tout récent Aéroville, près de l’aéorport de Roissy, et O’Parinor qui compte notamment un magasin Primark). EuropaCity estime, lui, qu’avec ses équipements culturels, il drainera des visiteurs venant de plus loin que ceux d’Aéroville et Parinor. Donc il n’y aurait pas de concurrence. Il reste qu’à la différence du barrage de Sivens ou de l’aéroport de Notre-Dame-des-landes, rien n’a été engagé à EuropaCity. Auchan n’a toujours pas acheté les terrains de façon définitive, les études d’impact et les permis de construire n’ont pas été déposés. Cela laissera peut-être le temps de modifier le projet et de ne pas aboutir à une situation bloquée comme à Notre-Dame-des-Landes ou à Sivens.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant