Euronext: perd 8% alors que le LSE pourrait se marier.

le
0

(CercleFinance.com) - Au lendemain de l'annonce d'une éventuelle fusion entre deux mastodontes européens des places de marché, le London Stock Exchange (LSE) et l'allemand Deutsche Boerse, l'action Euronext dévissait de plus de 8%. En effet, le gestionnaire des places d'Amsterdam, Bruxelles, Paris et Lisbonne risque de se trouver marginalisé et pourrait être contraint de réagir. Un bureau d'études estime que l'espagnol BME serait “un partenaire logique” pour Euronext.

Hier en effet, le LSE et Deutsche Boerse ont confirmé qu'ils discutaient d'un rapprochement présenté comme une 'fusion entre égaux'. A l'issue de l'éventuelle opération, financée uniquement en titres, les actionnaires de Deutsche Boerse détiendraient 54,4% du nouvel ensemble, et ceux du LSE le reste.

Manifestement, le risque d'un Brexit (une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, dont la principale place financière deviendrait alors Francfort) ne fait pas peur aux deux groupes.

Ce faisant, le nouveau géant boursier européen bénéficierait, selon les deux groupes, de perspectives de croissance rehaussées et de 'substantielles synergies de chiffre d'affaires et de coûts' non chiffrées. Même si à ce stade, il ne saurait être tenu pour certain que l'opération aboutisse. “Deutsche Boerse dispose maintenant d'un délai d'un mois pour lancer une offre”, commentent ce matin les analystes d'Aurel BGC.

Quelles sont les forces en présence ? Sur son propre marché, à la Bourse de Londres, le LSE capitalise plus de 9,2 milliards de sterlings (près de 12 milliards d'euros) quand à Francfort, Deutsche Boerse 'pèse' 15 milliards d'euros. A titre de comparaison, Euronext capitalise 2,4 milliards d'euros, soit à peine plus que le BME (Bolsas y Mercados Españoles) de Madrid et ses 2,3 milliards, un des rares opérateurs encore indépendants du Vieux Continent.

Pour mémoire, la fusion du LSE et de Deutsche Boerse avait déjà été envisagée, sans succès, en 2000 et 2004/2005. En 2012, les autorités européennes de la concurrence avaient incité NYSE Euronext à renoncer à son projet de fusion avec Deutsche Boerse.

Mais à la toute fin de 2012, l'IntercontinentalExchange (ICE) américain a mis la main sur NYSE Euronext pour donner naissance à un groupe capitalisant 28 milliards de dollars. Euronext sera revendu par l'ICE via une introduction en Bourse dès 2014, retrouvant ainsi l'indépendance dont il jouit aujourd'hui.

Entre temps, en 2007, un autre marché américain, le Nasdaq, avait fusionné avec l'opérateur de l'Europe nordique, OMX. Le Nasdaq pèse plus de 10 milliards de dollars à ce jour à Wall Street. Et n'oublions le géant américain des places de produits dérivés, CME Group (31 milliards de dollars de capitalisation).

Massif et persistant, le mouvement de concentration des opérateurs historiques de marchés financiers trouve son origine dans la montée en puissance des places électroniques alternatives, comme BATS Chi-X Europe, sinon une moindre croissance des volumes. Très dynamiques, ces nouveaux acteurs disputent des parts de marchés aux anciens, les forçant à réagir.

C'est peut-être ce qui explique le vif recul de l'action Euronext ce midi. Face aux titans américains et au géant qui naîtrait de l'alliance de Deutsche Boerse et du LSE, Euronext, qui a bien redressé ses comptes depuis près de deux ans, pourrait être contraint de s'adosser.

A qui ? Dans une note publiée ce matin, les analystes de Credit Suisse écrivent que l'éventuelle combinaison d'Euronext 'et d'un concurrent d'une taille inférieure ou similaire' aurait des 'mérites stratégiques' en raison des synergies potentielles. Et de citer le BME comme 'un partenaire logique', d'autant que le risque réglementaire est jugé relativement faible.

Mais Credit Suisse estime aussi que les synergies de coûts entre Euronext et le BME seraient de l'ordre de 30%, contre 15% pour LSE/Deutsche Boerse. Un niveau relativement élevé qui, le cas échéant, pourrait contraindre Euronext à payer le BME au prix fort. A suivre.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant