Euronext détaille son IPO, espère lever jusqu'à 1,16 milliard

le
0

EURONEXT ESPÈRE LEVER JUSQU'À 1,16 MILLIARD D'EUROS AVEC SON IPO
EURONEXT ESPÈRE LEVER JUSQU'À 1,16 MILLIARD D'EUROS AVEC SON IPO

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Euronext a détaillé mardi les modalités de son introduction en Bourse (IPO), prévue le 20 juin sur plusieurs places financières européennes, qui devrait valoriser l'opérateur boursier jusqu'à 1,75 milliard d'euros et lui permettre de lever entre 880 millions et 1,158 milliard d'euros.

L'opérateur a également présenté une stratégie destinée à dégager un taux de croissance annuel moyen du chiffre d'affaires à moyen et long terme d'environ 5% et une marge de résultat avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) à moyen et long terme d'environ 45%, contre 42% actuellement.

"Notre rôle de soutien à l'économie réelle européenne sera renforcé par notre indépendance", a estimé Dominique Cerutti, directeur général d'Euronext, cité dans un communiqué.

"Nous pensons être bien positionnés pour développer nos marchés en Europe en optimisant des activités jusqu'alors sous-exploitées et en nous repositionnant en tant que leader dans la levée de fonds sur les marchés."

Euronext a indiqué qu'il émettrait jusqu'à 42,1 millions d'actions, soit jusqu'à 60,15% du capital, à un prix unitaire compris entre 19 et 25 euros. La valorisation maximale de l'opération implique l'exercice complet de l'option de surallocation d'un maximum de 10%.

En projetant les résultats du premier trimestre d'Euronext, un bénéfice net de 36 millions de dollars, la fourchette de prix d'introduction de 19 à 25 euros par titre valorise l'entreprise entre 12,5 et 16,4 fois ses bénéfices pour cette année (PE), contre un PE de, respectivement, 17,9 pour le LSE et 14,8 pour Deutsche Börse, selon des calculs de Thomson Reuters.

"D'AUTRES MARQUES D'INTÉRÊT"

La maison mère d'Euronext, Intercontinental Exchange (ICE), a lancé fin mai le processus d'introduction en Bourse d'Euronext à Paris, Amsterdam, Bruxelles, puis à Lisbonne, dans le cadre duquel un groupe d'investisseurs institutionnels doit prendre 33,36% du capital avec une décote de 4% par rapport au prix d'introduction.

Ces actionnaires de référence - parmi lesquels figurent BNP Paribas, Société générale, BpiFrance, la Caisse des dépôts et consignations et ABN Amro - se sont engagés à conserver leurs actions au moins trois ans.

Un second groupe d'investisseurs stratégiques a été constitué avec GDF Suez et KBC Bank NV, appelés investisseurs "cornerstone". Ils prendront chacun environ 1% du capital d'Euronext.

"Nous avions d'autres marques d'intérêt", a expliqué Dominique Cerutti lors d'une conférence téléphonique tout en précisant que pour des questions de calendrier il avait choisi de conclure avec GDF et KBC.

Une source proche du dossier avait dit à Reuters le 4 juin que GDF Suez, Orange et Total allaient prendre chacun une participation symbolique au capital de l'opérateur boursier à l'occasion de son IPO.

CONSOLIDATION

De surcroît, Unigrains, le fonds d'investissement de la profession avait indiqué la semaine dernière que les céréaliers français pourraient prendre une participation dans le capital d'Euronext.

Interrogés sur l'absence de ces noms dans l'annonce de l'IPO, le dirigeant d'Euronext a répondu lors d'une conférence de presse qu'ils étaient les "bienvenus" s'ils souhaitaient investir à la faveur de la constitution du livre d'ordres.

Total n'a fait aucun commentaire tandis qu'un porte-parole d'Orange a dit que l'opérateur télécoms avait toujours l'intention de participer à l'IPO d'Euronext.

Dominique Cerutti n'a toutefois pas souhaité commenter les intentions d'autres opérateurs boursiers qui pourraient participer à l'IPO.

"Nous restons concentrés sur ce que nous avons annoncé aujourd'hui", a dit l'ancien directeur général d'IBM Europe aux journalistes.

Au cours des années à venir, "nous croyons qu'une consolidation (des Bourses-NDLR) va avoir lieu en Europe avec différents scénarios et nous espérons que nous jouerons (...) un rôle important dans cette consolidation mais ce n'est pas pour aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Pour l'heure, le groupe, qui emploie 850 personnes, souhaite développer ses services de cotation, son activité de négociation au comptant, les marchés de dérivés ou encore les services d'information et les solutions de marché.

ÉCONOMIES

Euronext compte également rationaliser ses processus, améliorer son efficacité opérationnelle et réaliser des économies de coûts. Le groupe a évoqué un chiffre avant impôt d'environ 60 millions d'euros d'optimisations opérationnelles à réaliser dans les trois prochaines années.

L'environnement devenu plus favorable aux marchés financiers devrait aider Euronext, avec une reprise de l'économie mondiale et des marchés actions favorisant une réallocation vers la Bourse et une désintermédiation accrue dans un contexte réglementaire plus contraignant pour les banques.

La période d'offre pour les investisseurs particuliers et institutionnels s'ouvre mardi et devrait se terminer le 18 juin pour l'offre au public et le 19 pour le placement privé. La cotation des titres, sous le symbole "ENX", devrait débuter le 20 juin.

ABN AMRO Bank, J.P. Morgan et Société Générale agiront en qualité de coordinateurs globaux associés de l'IPO et Goldman Sachs International, ING et Morgan Stanley en qualité de teneur de livre associé.

BBVA, BMO Capital Markets, BPI, CM-CIC Securities, Espirito Santo Investment Bank [ESBI.UL], KBC Securities et Mitsubishi UFJ Securities [MTFMS.UL] agiront en tant que chef de file associé.

BNP Paribas est le conseil exclusif du conseil d'administration d'Euronext pour tous les sujets liés à l'introduction en Bourse.

(avec Blaise Robinson, Michel Rose et Gwénaëlle Barzic, édité par Matthias Blamont)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant