Eurogroupe : le ministre grec croit à un accord imminent sur la dette

le
4
Eurogroupe : le ministre grec croit à un accord imminent sur la dette
Eurogroupe : le ministre grec croit à un accord imminent sur la dette

Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, s'est dit confiant lundi à Bruxelles. Pourtant ses homologues de de la zone euro n'ont accordé à Athènes que quelques jours de sursis pour que le gouvernement accepte une extension de son programme actuel d'aide financière. La réunion de l'Eurogroupe consacrée la Grèce a, en effet, tourné court lundi.  Athènes a refusé d'accepter l'exigence de ses partenaires de prolonger cette aide (financée par la troïka -la BCE, l'UE et le FMI), de redressement, qui vient à échéance le 28 février.  Un rejet prévisible.

Alexis Tsipras, le nouveau Premier ministre issu de la gauche radicale, n'a cessé de demander la mise en place d'un «programme-relais»  qui permettrait d'ici à la fin juin d'assurer les besoins financiers immédiats du pays et d'échapper aux plans d'austérité dont les Grecs ne veulent plus, sans pour autant cesser toute réforme.

Varoufakis : «Un nouveau contrat pour la Grèce»

«Nous demandons quelques mois de stabilité financière pour permettre de nous lancer dans les réformes afin de ramener la croissance et mettre fin à l'impossibilité de rembourser ce que nous devons», a plaidé Yanis Varoufakis à Bruxelles. «Je n'ai aucun doute que dans les prochaines 48 heures, l'Europe va réussir à nous soumettre (un document) afin que nous commencions le vrai travail et mettions sur pied un nouveau contrat» pour la Grèce, a affirmé le ministre lundi dans la soirée.

Ce lundi, à peine une demi-heure après le non lancé par Athènes à cette exigence qu'elle a jugée «absurde», une conférence de presse a été annoncée. «La réunion est terminée», a confirmé une source européenne. La proposition consistait à demander à Athènes d'appliquer les conditions actuelles de son plan de sauvetage. Ainsi, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, réaffirmé qu'une «extension» du programme actuel, qui arrive à échéance à la fin février, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2421456 le lundi 16 fév 2015 à 23:04

    Le gouvernement Grec bluffe en permanence. Qu'il gagne ou perde, ce sera un traumatisme au niveau de l'Europe, d'une manière ou d'une autre. Nous français, Allemands ou autres, je ne vois pas pourquoi nous accepterions de prendre une partie de la dette Grecque sur notre dos déjà bien chargé. Et nous n'avons pas plus les moyens de porter de la dette espagnole, portugaise etc.... Et si rien n'est fait, ce sera l'anarchie en Grèce et bientôt la banqueroute. Un accord raisonnable est la seule issue.

  • skiper22 le lundi 16 fév 2015 à 23:02

    A force, il finira par se retrouver éjecté de l'euro alors qu'il en sera encore à répéter: tout va bien, nous sommes positif, un compromis est proche !

  • pier4564 le lundi 16 fév 2015 à 22:43

    en adepte de la théorie des jeux, Yanis bluffe sans arrêt!

  • lopez69 le lundi 16 fév 2015 à 22:32

    Un sacré joueur de poker ce Yanis Varoufakis, il observe, mise, sonde, évalue, relance et il est tout à fait capable de rafler la mise!