Euro2016: Nancy renonce à accueillir des rencontres

le
0

par Gilbert Reilhac

STRASBOURG (Reuters) - La communauté urbaine de Nancy va renoncer pour des raisons financières à accueillir en 2016 des rencontres du Championnat d'Europe des nations de football.

Une délibération en ce sens sera soumise au Conseil de la Communauté urbaine le 16 décembre, a précisé l'un de ses porte-parole.

Le projet d'extension du stade Marcel-Picot de 20.000 à 32.000 places représentait un coût d'environ 70 millions d'euros.

Il devait être réalisé dans le cadre d'un bail emphytéotique administratif, un montage dans lequel la collectivité aurait été sollicitée, comme le permet une loi récemment adoptée.

La commission d'appel d'offres, qui s'est réunie jeudi, a jugé que les deux propositions reçues, de Bouygues et de Vinci, "sollicitaient la communauté urbaine d'une manière supérieure à ce qui était acceptable", a dit le porte-parole.

La France, désignée par l'UEFA pour organiser dans cinq ans le premier Euro à 24 équipes, dispose désormais de dix sites pour les rencontres, après la renonciation de Nancy et celle, l'an dernier, de Strasbourg.

Six stades sont opérationnels ou en cours de rénovation : le Stade de France à Saint-Denis, le Parc des Princes à Paris, le Stade-Vélodrome à Marseille, Felix-Bollaert à Lens, le Stadium à Toulouse et Geoffroy-Guichard à Saint-Etienne.

Quatre enceintes neuves sont prévues ou en cours de construction: le stade des Lumières à Lyon, le Grand Stade à Lille, le stade Bordeaux-Atlantique et l'Olympic Stadium de Nice.

"DÉSILLUSION"

L'annonce de la renonciation de Nancy est intervenue quelques heures avant le tirage au sort de l'Euro 2012 qui aura lieu l'été prochain en Pologne et en Ukraine.

"C'est une grande désillusion pour le club, pour la ville, pour la région. Nous n'avons rien vu venir", a déclaré le vice-président du club lorrain, Nicolas Holveck.

"C'est vrai que les tarifs remis étaient prohibitifs, mais il y a normalement toujours une période de discussion', a-t-il ajouté.

Dans la soirée dans un communiqué publié dans la soirée, David Douillet, ministre des Sports, dit "prendre acte de la décision de la Communauté Urbaine du Grand Nancy relative à l'abandon du projet de rénovation du stade Marcel-Picot".

"Par cette décision, la ville de Nancy ne fera plus partie des villes participant à l'organisation de l'Euro de Football 2016 et la ministre regrette ce choix", poursuit le communiqué.

Précisant que la ville de Nancy "aurait eu toute sa place dans l'organisation d'une compétition de cette envergure", David Douillet rappelle que cette défection "n'affecte en rien l'organisation de l'Euro 2016 en France".

"Il était prévu initialement que neuf stades accueillent les matches. Ce nombre avait été augmenté à 11 en juin dernier. Dix stades sont donc suffisants pour accueillir l'ensemble du tournoi", conclut le ministre des Sports.

Avec Dimitri Rahmelow à Nancy et Chrystel Boulet-Euchin à Paris, édité par Philippe Bas-Rabérin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant