Euro: Yann M'Vila compte se relancer

le
0
Euro: Yann M'Vila compte se relancer
Euro: Yann M'Vila compte se relancer

par Pascal Liétout

CLAIREFONTAINE, Yvelines (Reuters) - Après une saison marquée par des performances en dents de scie et des ennuis extra-sportifs, le milieu de terrain rennais Yann M'Vila compte sur l'Euro pour se relancer sportivement et oublier ses déboires.

Professionnel à 18 ans, en équipe de France à 20, M'Vila a connu une ascension plus que rapide dans le football hexagonal et compte déjà dix sélections chez les Bleus dont il a disputé la plupart des rencontres depuis qu'il a été appelé pour la première fois en août 2010 par Laurent Blanc.

A bientôt 22 ans -il les aura le 29 juin-, il sort toutefois d'une saison en demi-teinte, tant en club qu'en sélection. La fatigue, peut-être, car le jeune joueur a joué les marathoniens toute l'année et connu logiquement des baisses de régime.

A ces difficultés sportives sont venus se greffer des problèmes hors du terrain.

Yann M'Vila a alimenté plusieurs fois la chronique des faits divers, la dernière en date avec une nuit en garde à vue fin avril après avoir été accusé d'avoir giflé un jeune homme.

"J'ai fait des choses pour lesquelles je devais payer et j'ai payé. Mais il y a eu aussi beaucoup d'injustice là-dedans. Mes proches et ma famille savent très bien qui je suis, et c'est le plus important", a-t-il confié aux journalistes lors du stage de préparation des Bleus.

UN "BON DE SORTIE" À RENNES

"Je dois faire abstraction de tout ça qui, de toutes façons me renforce et me motive. Je veux montrer que je suis là, et ça passe par la préparation et surtout par l'Euro", ajoute-t-il.

M'Vila est encore sous contrat un an avec Rennes mais les dirigeants bretons lui ont donné un "bon de sortie". "A l'heure actuelle, je ne sais pas où je vais aller", dit-il en tentant de bien séparer vie sportive et vie privée.

"Beaucoup de gens, sur le plan sportif, m'ont jugé sur ce qui s'est passé en dehors et ça m'a un peu gêné", avoue-t-il.

M'Vila place de grands espoirs pour lui-même dans l'Euro, mais aussi pour l'équipe de France, qu'il ne juge pas à son niveau au 16e rang mondial dans le classement Fifa.

"C'est plutôt les cinq premiers", dit-il, en mettant en avant les joueurs français qui évoluent dans de grands clubs européens.

"On va à l'Euro pour aller au bout", s'exclame-t-il en n'imaginant pas une seconde une élimination en phase de poule, comme ce fut le cas pour la France au Mondial 2010 et à l'Euro 2008.

"Ce ne serait pas un échec, ce serait une catastrophe", dit-t-il.

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant