Euro: une marée rouge et jaune qui fait oublier la crise

le
0

MADRID (Reuters) - Une marée rouge et jaune a envahi dimanche soir les rues de Madrid, juste après la victoire de la Roja en finale de l'Euro 2012 contre l'Italie (4-0), qui a offert un bref moment de répit aux Espagnols en pleine crise économique.

La Roja est devenue la première équipe à enchaîner trois sacres majeurs d'affilée et a assis pour de bon sa suprématie sur le football européen, quatre ans après son titre à l'Euro 2008.

Ce triomphe sportif a donné une bouffée d'air frais à un pays qui compte un taux de chômage vertigineux - un quart des Espagnols est sans emploi - et dont le système bancaire continue à inquiéter, au point que Madrid a demandé une aide de l'Europe à hauteur de 100 milliards d'euros.

Mais dans la joie de la victoire, les vicissitudes de l'économie paraissaient bien lointaines et les supporters se tournaient déjà vers la Coupe du monde 2014 au Brésil, prochain objectif de la Roja.

"Nous sommes les meilleurs et nous avons écrit l'histoire. Maintenant, allons de l'avant et gagnons au Brésil", a estimé Ivan Rodriguez, rayonnant au milieu de la foule.

"Nous commençons à y être habitués, c'est peut-être pour cela que les célébrations ne sont pas aussi importantes qu'après la Coupe du monde", a ajouté le jeune homme de 33 ans.

"C'est un résultat incroyable", s'est réjoui Luis Macarro, un mécanicien de 41 ans, qui s'était habillé pour l'occasion en rouge de la tête aux pieds. "Nous sommes au-dessus de tout le monde en ce moment."

Mariano Rajoy, le chef du gouvernement qui a assisté au match au Stade olympique de Kiev, a promis qu'il prendrait le temps de se joindre aux festivités, lundi, même si son agenda est rempli en ce moment d'obligations plus urgentes, notamment par des questions liées à la gestion de la crise de la dette.

Car le coeur de Madrid battra à nouveau lundi soir.

La Roja fera en effet son retour au pays dans la journée, avant de célébrer son sacre quelques heures plus tard avec ses supporters dans le centre-ville de capitale espagnole.

Nigel Davies, Simon Carraud pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant