Euro: un défi de taille pour la Croatie

le
0
Euro: un défi de taille pour la Croatie
Euro: un défi de taille pour la Croatie

par Zoran Milosavljevic

ZAGREB (Reuters) - Confrontée à l'Espagne et à l'Italie à l'Euro 2012, la Croatie aura beaucoup de mal à renouveler sa performance d'il y a quatre ans, qui l'a vu échouer aux portes de la demi-finale.

Pour conserver une chance d'accéder aux quarts, la Croatie doit impérativement gagner son premier match contre la quatrième équipe du groupe, l'Irlande. Elle aborderait alors les deux favoris avec un espoir de qualification.

A l'Euro 2008, la route avait été nettement plus facile. Les Croates avaient battu l'Autriche, co-organisateur du tournoi, la Pologne et même l'Allemagne, qui allait finalement disputer et perdre la finale (1-0) face à l'Espagne.

Opposée en quarts à la Turquie, la Croatie se voyait déjà dans le dernier carré après avoir ouvert le score dans la dernière minute de la prolongation.

Le pays tout entier était en ébullition, jusqu'à la dernière action qui vit les Turcs égaliser avant de l'emporter aux tirs aux buts.

Le football croate a mis du temps à s'en relever. Il a raté le Mondial 2010 et a connu un parcours en dents de scie dans les qualifications pour l'Euro, où la formation de Slaven Bilic a été contrainte à passer par un barrage. Contre la Turquie.

Le déclic est venu avec la victoire 3-0 à Istanbul, douce revanche sur la désillusion de 2008. Un nul au retour à Zagreb et la Croatie a gagné son billet pour la Pologne et l'Ukraine.

LA MÊME OSSATURE

L'envie d'effacer le traumatisme était d'autant plus forte que l'ossature de l'équipe n'a guère changé depuis quatre ans.

Le gardien Stipe Pletikosa, le défenseur Josip Simunic, les milieux Darijo Srna, Niko Kranjcar et Luka Modric et le buteur Ivica Olic restent les cadres sur lesquels s'appuie Slaven Bilic.

Parmi eux, deux éléments jouent un rôle crucial. Le milieu de terrain du Shakhtar Donetsk Srna (30 ans) est le capitaine et l'âme de l'équipe. Modric est son directeur du jeu et sort de deux grandes saisons avec Tottenham.

Le talent ne manque pas chez les Croates qui y ajoutent, contrairement à d'autres pays des Balkans, un mental de fer. Ainsi ont-ils été de quasiment tous les rendez-vous qui comptent.

La Croatie a atteint sept des neuf phases finales de grands tournois disputées depuis son indépendance en 1992, avec en point d'orgue une demi-finale de Coupe du monde, perdue en 1998 contre le futur vainqueur, la France.

Slaven Bilic était ce jour-là sur la pelouse du Stade de France et s'y était singularisé en simulant un coup de la part de Laurent Blanc qui avait privé de finale le Français, aujourd'hui son alter ego à la tête des Bleus.

Pascal Liétout pour le service français, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant