Euro: Silvestre Varela, l'homme qui a éclipsé Cristiano Ronaldo

le
0
Euro: Silvestre Varela, l'homme qui a éclipsé Cristiano Ronaldo
Euro: Silvestre Varela, l'homme qui a éclipsé Cristiano Ronaldo

par Brian Homewood

POZNAN, Pologne (Reuters) - Silvestre Varela n'est pas un titulaire régulier au FC Porto mais l'attaquant portugais a réussi à éclipser la prestation en demi-teinte de la super star Cristiano Ronaldo mercredi, en offrant la victoire aux siens face au Danemark.

Ce second couteau est âgé de 27 ans et sa valeur marchande est évaluée à sept millions d'euros, dix fois moins que celle du "galactique" du Real Madrid.

Et pourtant, contre le Danemark, Silvestre Varela est parvenu en trois minutes à faire ce que Cristiano Ronaldo n'a pas réussi en 90, à savoir inscrire le but de la victoire et maintenir l'espoir d'une qualification du Portugal pour les quarts de finale de l'Euro.

Certes, le réserviste du FC Porto n'a pas la grinta de "CR7" et son but marqué face aux Danois, peu académique, en témoigne. Il a dû s'y reprendre à deux fois, après une première frappe manquée, avant de tromper le gardien d'Evian-Thonon-Gaillard Stephan Andersen.

Formé au Sporting et très tôt international espoir, Silvestre Varela ne s'est pas vu offrir l'occasion de jouer en équipe première du club lisboète puisqu'il a très vite été prêté, d'abord au Vitoria Setubal puis au Recreativo Huelva.

Après son retour de prêt, le Sporting n'a pas souhaité le conserver dans son effectif et l'a vendu à l'Estrela Amadora, où il a enfin éclos au bout d'une saison et fini par taper dans l'oeil du FC Porto, à l'été 2009.

FRACTURE DE LA JAMBE

Ses débuts intéressants chez les Dragons, tous comme en sélection nationale, ont toutefois été stoppés net en 2010 par une fracture de la jambe à l'entraînement, qui lui a coûté sa place pour la Coupe du monde en Afrique du Sud.

De retour à la compétition en 2011, Silvestre Varela a éprouvé toutes les peines du monde à s'imposer à nouveau au sein de l'effectif du FC Porto, face à une armada de joueurs sud-américains plus talentueux que lui.

Cette saison, il n'a été titulaire qu'à treize reprises en championnat pour trois buts inscrits. Malgré ce temps de jeu famélique, le sélectionneur Paulo Bento a décidé de l'emmener en Ukraine et en Pologne pour l'Euro.

Avare de mots, Silvestre Varela a simplement expliqué juste après la victoire des siens mercredi qu'il était "heureux" et que son but était "celui d'une équipe".

"Il faut se tenir prêt quand on entre sur le terrain et continuer à travailler", s'est-il contenté de dire, visiblement plus à l'aise dans la position d'homme de l'ombre.

De son côté et avec peu de considération dans un sens, Paulo Bento a expliqué que peu lui importait qui marquait dans son équipe à partir du moment où il y avait un but.

"Nous jouons selon un plan de jeu établi (...) Les buts vont venir, peu importe que ce soit de Ronaldo ou d'un autre joueur", a-t-il souligné.

Olivier Guillemain pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant