Euro : Paris prêt à aller plus loin 

le
0
Le premier ministre, François Fillon, a assuré mardi à l'Assemblée nationale que le gouvernement allait «faire des propositions pour amplifier cette lutte contre les attaques spéculatives contre la zone euro».

La France a beau assurer depuis le début ne pas avoir de «plan B» et fixer comme unique stratégie pour sortir l'Europe du marasme grec l'application de l'accord du 21 juillet -qui n'a pas encore été approuvé par tous les parlements nationaux-, les scénarios du «coup d'après» n'en circulent pas moins de plus belle. En France, c'est François Fillon qui a reconnu publiquement mardi que le gouvernement réfléchissait à une nouvelle ingénierie financière pour endiguer la défiance sur les marchés. «Nous attendons jeudi le vote du Parlement allemand sur le plan de soutien à la Grèce dont dépend, pour une bonne part, l'effort que nous avons engagé pour lutter contre la spéculation financière contre la zone euro. Et dès que ce résultat sera acquis, en espérant que ce sera un résultat positif, nous allons faire des propositions pour amplifier cette lutte contre les attaques spéculatives», a déclaré François Fillon mardi à l'Assemblée nationale.

Des propositio

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant