Euro Millions : tout ce qui va changer

le , mis à jour à 08:41
0
Euro Millions : tout ce qui va changer
Euro Millions : tout ce qui va changer

Des jackpots d'entrée de jeu plus astronomiques et qui grimpent plus vite au fil des tirages sans veinard mais aussi, revers de la médaille, une chance de décrocher le pactole encore plus infime : dévoilées hier par la Française des jeux (FDJ), telles sont les principales modifications apportées aux règles de l'Euro Millions, la loterie européenne lancée en 2004 qui fédère neuf pays (France, Royaume-Uni, Espagne, Portugal, Belgique, Irlande, Autriche, Suisse et Luxembourg).

 

Dans l'Hexagone, l'Euro Millions affichant un chiffre d'affaires de 1,5 Md€, comptait 13,8 millions de miseurs en 2015. Pour eux, le changement, ce n'est pas pour maintenant mais à partir du tirage du 27 septembre.

 

Un magot « plancher » à 17 M€. Aujourd'hui, le jackpot démarre à 15 M€ avant d'être enrichi au tirage suivant (il y en a deux par semaine, le mardi et le vendredi) s'il n'y a eu aucun vainqueur. Désormais, il commencera à 17 M€. Autre nouveauté : les pactoles progresseront plus rapidement lorsqu'ils ne sont pas remportés.

 

En moyenne, les gagnants du premier rang, c'est-à-dire ceux qui ont trouvé les cinq bons numéros et les deux bonnes étoiles, s'adjugeront 64 M€ contre 53 M€ dans la formule actuelle. Le montant de la cagnotte maximale demeure, elle, plafonnée à 190 M€.

 

Des super-jackpots à 130 M€. Les jackpots événementiels organisés deux à trois fois par an atteindront, dès le premier tirage, 130 M€ à comparer aux 100 M€ de l'ancienne version. Le premier butin revu à la hausse est programmé le 30 septembre. Par ailleurs, plusieurs fois par an seront orchestrées des « pluies de millionnaires ». Entre 25 et 50 grilles d'Euro Millions seront tirées au sort parmi l'ensemble des bulletins européens validés pour le tirage du jour. Les heureux veinards de cette méga-tombola empocheront chacun 1 M€. Premières « averses » de grosses coupures prévues « courant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant