Euro: les Bleus restent humbles, mais l'ambition perce

le
0
Euro: les Bleus restent humbles, mais l'ambition perce
Euro: les Bleus restent humbles, mais l'ambition perce

par Pascal Liétout

DONETSK (Reuters) - Laurent Blanc et les joueurs de l'équipe de France ont fait assaut d'humilité samedi, au lendemain de la probante victoire face à l'Ukraine (2-0) qui renforce singulièrement leurs chances d'accéder aux quarts de finale de l'Euro 2012, voire plus.

Après ce net succès face au pays hôte, première victoire de la France dans une grande compétition depuis 2006, nombre d'observateurs voient dans la formation française un des prétendants sérieux au titre européen.

Il suffit d'un match nul, ou même d'une défaite par un seul but d'écart mardi à Kiev face à la Suède, déjà éliminée, pour que les Bleus se retrouvent en quarts.

Quand on évoque devant lui une possible finale France-Allemagne, Laurent Blanc se récrie: "On n'en est pas encore là. Rien n'est fait mathématiquement. On ne va pas se projeter très très loin. Faisons preuve d'humilité", dit-il.

"Nous allons préparer le match contre la Suède avec tout le respect qu'on lui doit, sans nous livrer à des calculs", ajoute le sélectionneur.

"Il ne faut pas commencer à penser aux quarts et faire des calculs", déclare en écho le Rennais Yann M'Vila, entré en jeu en seconde période vendredi soir au milieu de terrain après une longue indisponibilité pour cause de blessure.

Pour Gaël Clichy, titularisé par Laurent Blanc contre l'Ukraine à la gauche de la défense, la Suède pourrait s'avérer très difficile à jouer car elle n'a plus rien à perdre ni à gagner.

"Elle pourra jouer sans pression et ce sera plus facile pour elle", fait-il remarquer.

LA FRANCE RETROUVE DES COULEURS

Derrière le discours convenu, perce cependant chez les joueurs une relative assurance qu'on ne leur connaissait pas jusqu'à présent. Ces Bleus-là ne craignent pas grand chose et pas grand monde et ils le font savoir, discrètement.

"Sur les deux derniers matches, on a montré qu'on était là. L'équipe de France retrouve des couleurs", affirme Clichy, qui souligne la diversité des talents dont dispose le sélectionneur.

"Avec les 23 joueurs qu'on a, on a la possibilité d'avoir plusieurs choix tactiques compte tenu de l'adversaire", juge le défenseur de Manchester City, en concurrence à son poste avec Patrice Evra.

Sans parler de match référence, Yann M'Vila estime quant à lui que la victoire sur la pelouse de la Donbass Arena est peut-être le déclic qui manquait aux Français pour viser plus haut.

"Ça peut être un tournant dans cette compétition, car on gagne contre le pays organisateur", dit-il en insistant sur la qualité du jeu pratiqué par l'équipe de France.

"Gagner en jouant bien, cela peut impressionner d'autres équipes", avance le Rennais.

En fin diplomate, le sélectionneur ne se livre pas à ce genre d'hypothèses, tout en concédant que le succès de vendredi constitue l'un des matches les plus aboutis de son équipe depuis sa prise de fonctions à l'été 2010.

"On en a fait, des matches aboutis. Les paramètres hier étaient favorables, avec en face une équipe qui n'a pas fermé le jeu", note-t-il en esquissant tout de même un début d'autosatisfaction.

"On ne peut pas faire 23 matches sans défaite sans faire de matches aboutis", lâche-t-il.

Preuve qu'il était satisfait du devoir accompli, Laurent Blanc révèle qu'il s'est accordé un moment de détente avec ses adjoints vendredi soir après le match.

"On a bu une bonne bière bien fraîche", a-t-il dit. Les joueurs, eux, en sont restés au soda.

Edité par Pierre Sérisier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant