Euro: le Portugal fier de son parcours

le
0
Euro: le Portugal fier de son parcours
Euro: le Portugal fier de son parcours

par Mike Collett

DONETSK, Ukraine (Reuters) - Le Portugal quitte l'Euro la tête haute, après un parcours dont la sélection lusitanienne elle-même n'avait pas rêvé.

La défaite aux tirs au but en demi-finale contre le champion sortant, l'Espagne, ne ternira pas le bilan des Portugais au Championnat d'Europe, surtout si l'on se souvient de leurs débuts chaotiques dans la phase qualificative.

Pour ses deux premiers matches, le Portugal avait en effet été tenu piteusement en échec par Chypre, avant de s'incliner contre la Norvège.

La suite fut plus positive, jusqu'à ce que le tirage au sort place les Portugais dans le "groupe de la mort" avec l'Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark.

Battus sans démériter par l'Allemagne lors de leurs débuts, les hommes de Paolo Bento allaient aligner ensuite deux victoires contre le Danemark et les Pays-Bas et obtenir leur billet pour les quarts où ils dominèrent la République tchèque.

"Nous avons joué de façon fantastique pendant les qualifications et nous avons connu un très bon tournoi", résume Paolo Bento, qui a succédé à Carlos Queiroz à la tête de la sélection en septembre 2010.

"Je n'aurais pas choisi cette sortie, mais si l'on doit perdre, mieux vaut que ce soit contre une grande équipe comme l'Espagne pour partir la tête haute", ajoute-t-il.

"Les joueurs peuvent désormais prendre des vacances bien méritées. A partir de septembre, on commencera à penser à la Coupe du monde (2014) au Brésil où, je suis sûr, nous pourrons rivaliser avec n'importe qui."

La légitime satisfaction affichée par Bento ne peut cependant pas occulter le fait que, pour la troisième fois de son histoire, le Portugal échoue aux portes d'une finale de Championnat d'Europe.

UNE HISTOIRE DE BARRES

Il fut éliminé par la France à deux reprises à ce stade de la compétition, en 1984 et 2000. Et s'inclina contre toute attente sur son sol en finale en 2004 face à la Grèce.

Mercredi, les Portugais ont été très près de l'exploit après un score nul et vierge à l'issue de la prolongation. Mais le tournant est intervenu lorsque Bruno Alves, dans les tirs au but, a vu sa tentative terminer sur la barre.

Juste après, le tir de Cesc Fabregas lui aussi finissait sur le poteau, mais le ballon pénétrait dans le but.

Paolo Bento a mis fin au débat autour de Cristiano Ronaldo en expliquant que le joueur vedette du Portugal devait tirer le cinquième et dernier penalty.

Même s'il n'a pas marqué contre l'Espagne, l'attaquant du Real Madrid n'a pas raté son Euro. Décisif en plusieurs occasions, il a réalisé contre les Pays-Bas (2-1) un doublé dans ce qui constitue probablement à ce jour la meilleure performance individuelle de l'ensemble de la compétition.

Avec Nani sur l'autre flanc de l'attaque, Cristiano Ronaldo a permis au Portugal de produire l'un des footballs les plus séduisants de l'Euro.

Bento s'est appuyé pour ce faire sur un groupe stable, alignant la même équipe de départ quatre fois de suite, six si l'on inclut les deux matches de barrage contre la Bosnie.

La rencontre remportée contre le Danemark (3-2) restera comme l'une des plus spectaculaires du tournoi et peut faire dire à Paolo Bento : "C'est une compétition sur laquelle on peut se retourner avec confiance et fierté."

Pascal Liétout pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant