Euro: la Pologne ne surprendra pas les Tchèques

le
0
Euro: la Pologne ne surprendra pas les Tchèques
Euro: la Pologne ne surprendra pas les Tchèques

par Michael Kahn

WROCLAW, Pologne (Reuters) - La Pologne entend s'appuyer sur une défense hermétique et des contre-attaques rapides pour battre la République tchèque samedi et atteindre les quarts de finale de l'Euro, mais son adversaire ne se laissera pas surprendre une deuxième fois en huit jours.

La Pologne a connu dans les années 1970 et 1980 son âge d'or footballistique en jouant ainsi.

A l'Euro, elle avait d'abord cherché à faire le jeu contre la Grèce, sans réussite, et s'en est donc remis aux canons du football polonais pour obtenir un bon match nul (1-1) contre la Russie, favorite du groupe A.

Le sélectionneur Franciszek Smuda espère avoir le même succès que les Russes, qui avaient contenu les offensives tchèques pendant un quart d'heure avant de se projeter vers le camp adverse et l'emporter 4-1.

"On n'en a pas besoin", a dit Smuda, interrogé sur l'éventualité de se ruer vers l'attaque pour aller chercher la victoire, impérative pour se qualifier.

"Les Italiens ne font que défendre et en même temps ils semblent capables de gagner. Pourquoi on ne pourrait pas ?"

Après sa victoire sur la République tchèque et son nul face à la Pologne, la Russie est en tête du groupe avec quatre points, devant les Tchèques (trois points) et la Pologne (deux points). La Grèce ferme la marche (un point).

ROSICKY INCERTAIN

Menée au score mais revenue contre la Russie, la Pologne paraît enfin en mesure de faire ce qu'aucune de ses devancières n'a jamais fait - gagner un match à l'Euro.

"On sait que les Tchèques peuvent se contenter d'un nul", a dit l'attaquant Robert Lewandowski.

"On doit gagner. On s'améliore de match en match et on espère que le troisième sera la cerise sur le gâteau."

Les blessures pourraient laisser quelques Polonais sur le flanc mais les soucis de Smuda dans ce domaine sont bien moindres que ceux de la République tchèque, qui risque de devoir se passer de son meneur de jeu Tomas Rosicky.

L'état de l'inspirateur de l'attaque tchèque s'améliore mais sa participation samedi reste très incertaine.

Les nouvelles concernant le gardien Petr Cech sont nettement meilleures, mais son niveau ne laisse pas d'inquiéter, après deux sorties très en deçà de ce qu'il a produit toute la saison avec Chelsea. "Ça ira", a simplement dit Cech jeudi.

A défaut d'assurance sur la présence de Rosicky, les Tchèques pourront compter leurs milliers de supporters attendus au stade de Wroclaw, une ville située à seulement une heure de route de la frontière.

Il leur faudra ce soutien pour se montrer enfin constants pendant 90 minutes, ce qu'ils n'ont pas réussi à faire contre la Grèce, s'infligeant une fin de match tendue après avoir marqué deux fois dans les six premières minutes.

"On espère débuter comme on l'a fait sur les deux premiers matches. Contre la Russie on n'a pas été capable de marquer, on doit s'appuyer sur ce qu'on a fait contre la Grèce", a dit Cech.

Gregory Blachier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant