Euro: l'Italie peut renverser l'Espagne, juge Prandelli

le
0
Euro: l'Italie peut renverser l'Espagne, juge Prandelli
Euro: l'Italie peut renverser l'Espagne, juge Prandelli

par Simon Evans

KIEV (Reuters) - L'Italie a les moyens de briser la domination que fait régner l'Espagne sur le milieu de terrain, a prévenu samedi le sélectionneur Cesare Prandelli à la veille du rendez-vous des deux équipes en finale de l'Euro 2012.

Les Azzurri, traditionnellement réputés pour leur rigueur défensive, ont récemment découvert les joies de l'attaque sous son égide, notamment grâce aux qualités techniques de ses milieux de terrain.

En face, l'Espagne a bâti son hégémonie sur le football européen grâce à sa capacité à conserver le ballon.

"Notre but premier sera de fermer les espaces et de prendre la balle (...). Il est important pour nous de rester concentrés sur cet objectif: fermer les espaces au milieu", a anticipé Cesare Prandelli en conférence de presse.

"Nos milieux possèdent de grandes qualités, nous pouvons couvrir une large partie du terrain et exercer un pressing dans cette zone, et nous avons un grand joueur qui peut élever le niveau du jeu et nous mettre en bonne position. Bien sûr, ce joueur, c'est Andrea Pirlo", a dit le technicien.

Le vétéran de la Juventus Turin, qui n'a rien perdu de ses qualités à 33 ans, est l'un des principaux artisans du parcours de la Squadra Azzurra jusqu'en finale.

Mais quelle que soit son influence dans l'entrejeu, Andrea Pirlo ne gagnera pas le match à lui seul et les Italiens devront réussir à profiter des situations de surnombre qu'ils parviendront à se créer dans le camp adverse.

"Nous devons choisir nos moments de façon à être en supériorité numérique dans certains secteurs. Nous ne nous attendons pas à contrôler la partie d'un bout à l'autre du match", a averti l'ancien entraîneur de la Fiorentina.

"CRÉER ENCORE QUELQUES SURPRISES"

La marge de manoeuvre des Italiens sera faible face aux champions d'Europe et du monde en titre, toujours aussi jaloux de leur possession du ballon.

"Ils sont la meilleure équipe au monde, ils l'ont montré ces dernières années. Ils ont joué comme ils l'entendaient et sont restés fidèles à leur philosophie. Je l'ai toujours dit: ils sont l'équipe à battre", a lancé Cesare Prandelli.

"Je m'attends à voir leur équipe habituelle, une équipe valeureuse capable de garder le ballon mais aussi de presser l'adversaire", a-t-il ajouté.

Cesare Prandelli a, par ailleurs, réfuté certaines critiques adressées à la Roja. Certains observateurs ont fait le procès du jeu espagnol, jugé par moments trop ennuyeux.

"Je ne pense pas que ça soit une question de monotonie. C'est surtout la peur de voir toujours la même équipe gagner. Je ne crois pas qu'ils soient ennuyeux", a jugé le technicien.

Le gardien Gianluigi Buffon a lui aussi dressé l'éloge de ses futurs adversaires.

"Ils ont dominé le football mondial. Je pourrais leur adresser beaucoup de compliments, mais c'est toujours une bonne chose de se frotter aux meilleures équipes."

"Peut-être ont-ils une plus grande chance de gagner que nous. Ils ont beaucoup de qualités et ils l'ont montré pendant quatre ans. Mais nous avons été la surprise du tournoi. Avec un peu de chance, on peut continuer à créer encore quelques surprises", a prévenu le champion du monde 2006.

Le coup d'envoi de la finale sera donné à 20h45.

Simon Carraud pour le service français, édité par Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant