Euro: l'Allemagne reçue 9 sur 9

le
0
Euro: l'Allemagne reçue 9 sur 9
Euro: l'Allemagne reçue 9 sur 9

par Karolos Grohmann

LVOV, Ukraine (Reuters) - Le Danemark peut se féliciter d'avoir marqué un but contre l'Allemagne, dimanche à Lvov, mais ce petit exploit n'a pas suffi à barrer le chemin tout tracé de la Mannschaft vers les quarts de finale, après une troisième victoire d'affilée (2-1).

Les joueurs de Joachim Löw retrouveront vendredi la Grèce, un adversaire largement à la portée des finalistes de l'édition 2008.

Les Danois, dépositaires des derniers espoirs de la Scandinavie après l'élimination de la Suède, sont quant à eux éliminés, et laissent filer au tour suivant le Portugal, qui a battu les Pays-Bas (2-1) au même moment.

Le but de Michael Krohn-Dehli (24e) n'aura donc pas pesé lourd face à la tranquille assurance de l'Allemagne, qui a marqué par Lars Bender (80e) et Lukas Podolski (19e), tout heureux d'honorer sa centième cape à 27 ans à peine.

"C'était quelque chose de spécial pour moi d'inscrire un but pour mon centième match", s'est réjoui le natif de Gliwice, en Pologne.

"Le plus important, c'est que nous ayons gagné. C'était un match âpre contre une très forte équipe du Danemark mais, bien heureusement, nous avons marqué un deuxième but et gagné", a commenté "Poldi", huit ans après ses premiers pas sur la scène internationale.

Forte de ses victoires contre le Portugal (1-0) et les Pays-Bas (2-1), l'Allemagne peut se targuer d'être la seule équipe à boucler le premier tour avec un bilan de neuf points, puisque même l'Espagne, tout championne du monde qu'elle est, a concédé le match nul contre l'Italie.

Pour le Danemark, le dénouement du premier tour est d'autant plus rageant que le pays comptait le même nombre de points que le Portugal au coup d'envoi, mais les Danois échouent finalement à la troisième place de la poule, avec trois points.

Seuls les Pays-Bas font moins bien, avec un compteur vierge, indigne du rang de l'équipe.

Finalistes de la dernière édition et demi-finalistes de la dernière Coupe du monde en Afrique du Sud, les Allemands ont débarqué en Ukraine au début du mois bardés de grandes ambitions, qui prennent encore du crédit après cette victoire.

EN DIRECTION DE LA POLOGNE

Ce statut est encore renforcé par l'identité de son prochain adversaire, la Grèce, qui a pris à contre-pied tous les pronostiqueurs en battant la Russie (1-0), sérieuse prétendante au titre.

Les Grecs sont bien sûr auréolés de leur titre de champions d'Europe 2004, mais ils ne font pas, pour l'heure, figure de menace à la mesure du talent des Allemands.

Les joueurs de Joachim Löw ont déployé ce talent dès la 19e minute de jeu, lorsque Lukas Podolski a ouvert le score sur une passe de Thomas Müller. Le futur joueur d'Arsenal a capté un peu de la lumière qui restait jusque-là sur Mario Gomez, auteur des trois premiers buts de l'Allemagne dans le tournoi.

Mais l'avantage des Allemands n'a pas tenu plus de cinq minutes. Sur un corner tiré par Lars Jacobsen, Nicklas Bendtner a repris de la tête la balle qui semblait filer vers les filets. Mais Michael Krohn-Dehli, le bourreau des Pays-Bas au premier match, a malicieusement dévié la trajectoire du ballon pour tromper Manuel Neuer (24e).

A la 41e minute, Sami Khedira a tenté de redonner l'avantage aux siens, mais sa tentative est passée à côté des poteaux.

Mario Gomez comptait visiblement inscrire son nom au tableau d'affichage pour la troisième fois d'affilée. Le gardien danois l'a toutefois devancé à la 43e minute.

Les Allemands ont finalement prouvé qu'ils possédaient plusieurs cordes à leur arc. Capables de construire le jeu, ils pouvaient tout aussi bien marquer en contre-attaque quand il le faut, comme à la 80e minute, sur le but de Lars Bender.

Après le Danemark, l'Allemagne retrouvera vendredi un autre ancien champion d'Europe. Pour ce faire, Mesut Ozil et ses coéquipiers devront traverser la frontière polonaise, en direction de Gdansk.

Simon Carraud pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant