Euro: l'Allemagne ne prévoit pas de faire la révolution

le
0
Euro: l'Allemagne ne prévoit pas de faire la révolution
Euro: l'Allemagne ne prévoit pas de faire la révolution

par Karolos Grohmann

VARSOVIE (Reuters) - L'Allemagne n'effectuera pas de révolution après son échec en demi-finale de l'Euro 2012 et va continuer à s'appuyer sur sa jeune génération talentueuse pour tenter de décrocher rapidement un titre majeur, qui lui échappe depuis 1996.

Avant sa déroute jeudi face à l'Italie (2-1), la Mannschaft restait sur 15 victoires consécutives en match officiel. C'est dire combien cette défaite a pris des allures de douche froide pour les hommes de Joachim Löw.

Mais pour le sélectionneur allemand, sa jeune équipe saura tirer toutes les leçons de cet échec et la prochaine fois qu'elle se présentera dans une compétition officielle, sa force mentale n'en sera que plus grande.

"Il n'y a absolument aucune raison à l'heure actuelle de tout remettre en question", a dit le technicien allemand dans la foulée de la désillusion de Varsovie.

"Nous étions la plus jeune équipe du tournoi. Nous avons remporté tous nos matches dans une poule relevée. Le groupe va digérer cette défaite et continuer à progresser", a-t-il ajouté.

"Bien évidemment, nous sommes déçus mais l'équipe a montré du caractère et pour nous, globalement, il s'agit d'un bon tournoi", a-t-il ajouté.

Au petit matin, dans le hall de l'hôtel des joueurs allemands, le président de la fédération, Wolfgang Niersbach, a tenu à peu près le même discours, persuadé que cette équipe soulèvera un jour un trophée majeur.

"UN JEUNE GROUPE QUI DÉBORDE DE TALENT"

"Joachim, tu as accompli un travail fantastique et je suis extrêmement heureux de t'avoir comme entraîneur", a-t-il commencé par dire à l'adresse du sélectionneur.

"Le chemin de cette équipe est loin d'être terminé. Il s'agit d'un jeune groupe qui déborde de talent", a poursuivi le patron du football allemand.

Depuis sa prise de fonctions en 2006, Joachim Löw a guidé la Mannschaft jusqu'en finale de l'Euro 2008 et à la troisième place du Mondial 2010, le tout en faisant naître un vrai projet de jeu et éclore toute une génération de joueurs.

En phases de qualification, cette jeune et puissante Mannschaft a survolé les débats en remportant la bagatelle de dix matches sur dix. Au premier tour, l'Allemagne a poursuivi sur cette lancée en rendant une copie sans faute, avec trois succès, avant d'étriller la Grèce en quart de finale (4-2).

Mais cette fantastique machine de guerre, réputée pour ses atouts offensifs, s'est fracassée jeudi soir face à l'expérience de la Squadra Azzurra, qui a su tirer profit des quelques sautes de concentration de ses adversaires.

Pour Joachim Löw, ces courts instants de fébrilité qui ne pardonnent pas dans le football de haut niveau serviront de leçon à ses hommes, en qui il a toute confiance.

"Beaucoup de jeunes joueurs ont intégré l'équipe, comme Marco Reus. Je pense aussi à Mario Götze, qui a un grand avenir devant lui (...) Je suis persuadé que mes joueurs vont rapidement trouver la motivation nécessaire pour gagner des titres très prochainement", a-t-il prédit.

Olivier Guillemain pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant