Euro: Joachim Löw soulagé après la qualification allemande

le
0
Euro: Joachim Löw soulagé après la qualification allemande
Euro: Joachim Löw soulagé après la qualification allemande

GDANSK, Pologne (Reuters) - Les Allemands ont multiplié les occasions ratées en première période vendredi contre la Grèce, ce qui a eu le don d'agacer le sélectionneur Joachim Löw, avant de faire basculer ce deuxième quart de finale de l'Euro en leur faveur (4-2).

Les finalistes malheureux de l'Euro 2008, qui ont attendu la 61e minute pour définitivement prendre l'avantage sur des Grecs jamais à court de ressources, ont assuré leur place dans le dernier carré, où ils retrouveront l'Italie ou l'Angleterre.

"J'ai essayé d'aller chercher un expresso, mais à cet instant-là nous avons manqué une nouvelle occasion, ce qui m'a mis en colère", a lancé le stratège de 52 ans, connu pour son amour pour le café.

Les Allemands ont fini par ouvrir le score à la 39e minute, par l'intermédiaire de Philipp Lahm, mais cet avantage n'as pas tenu très longtemps, puisque les Grecs ont égalisé grâce à Giorgos Samaras à la 55e minute.

La Nationalmannschaft n'a pris le large qu'après l'heure de jeu, grâce à Sami Khedira, Miroslav Klose et Marco Reus.

La stratégie mise en place par Joachim Löw, qui avait choisi de remanier son équipe pour surprendre les Grecs, a donc tardé à payer, mais a largement porté ses fruits en fin de match.

Mario Gomez, auteur de trois buts en trois matches, a ainsi cédé sa place à son aîné Miroslav Klose à la pointe de l'attaque. Thomas Müller et Lukas Podolski, deux titulaires habituels, ont eux aussi commencé sur le banc.

"Après trois victoires en trois matches, c'était difficile de ne pas être satisfait", a expliqué Joachim Löw.

"Mais je me suis dit que nous devions être imprévisibles. Je savais qu'ils seraient prêts à jouer contre nous parce qu'ils connaissent bien nos joueurs. J'ai pensé qu'il fallait rafraîchir un peu nos plans", a-t-il détaillé.

"Au bout du compte, ça a très bien fonctionné. Notre trois attaquants ont été très bons, et Klose comme Reus ont marqué", a poursuivi le technicien.

Même si la Grèce a réussi à réduire son retard à une minute de la fin du temps réglementaire, sur un penalty tiré par Dimitris Salpingidis, Joachim Löw pouvait difficilement masquer sa satisfaction.

"Je suis très fier des joueurs. Il ne fait aucun doute que nous avons mérité de gagner", a-t-il estimé.

Non contents de recevoir les encouragements de leur entraîneur, les joueurs ont également été applaudis par la chancelière Angela Merkel, venue à Gdansk pour assister au triomphe de son équipe.

La Nationalmannschaft tentera jeudi prochain, dans l'enceinte de Varsovie, de se qualifier pour la finale prévue dimanche 1er juillet.

Martyn Herman, Simon Carraud pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant