Euro: Je n'ai pas révolutionné le foot, dit Vicente del Bosque

le
0

par Iain Rogers

KIEV (Reuters) - Vicente del Bosque a réfuté modestement l'idée selon laquelle il aurait révolutionné le football en faisant jouer l'Espagne sans attaquant de métier, un système de jeu récompensé dimanche par un nouveau titre européen pour la Roja.

Comme contre l'Italie en match de poule et contre la France en quart de finale, le sélectionneur espagnol avait choisi d'aligner à la pointe de son attaque un milieu de terrain, Cesc Fabregas, une option qui s'était avérée payante.

Dimanche soir à Kiev, en finale de l'Euro 2012, c'est sur une action lancée côté droit par le milieu du FC Barcelone, en position de pur attaquant, que la Roja a ouvert le score à la 14e, sur une tête de David Silva.

Rappelé sur le banc alors que son équipe menait 2-0 à un quart d'heure de la fin du temps réglementaire, Cesc Fabregas a laissé sa place à Fernando Torres, un vrai numéro neuf, qui a rapidement marqué avant qu'un autre entrant, Juan Manuel Mata, milieu offensif lui aussi, ne marque le but du K.O.

"Il n'y a pas qu'une seule façon de jouer au football", a expliqué en conférence de presse Vicente del Bosque, qui est devenu dimanche le deuxième sélectionneur de l'histoire, après l'Allemand Helmut Schön dans les années 1970, à conquérir à la fois le monde et l'Europe.

"Ce qui compte le plus c'est de marquer des buts. Mes joueurs sont très intelligents et nous avons une équipe très équilibrée, qui joue en toute sécurité. Bien sûr que nous avons des attaquants mais nous avons décidé d'aligner des joueurs qui correspondent plus à notre style jeu", a ajouté le technicien espagnol âgé de 61 ans.

EN PENSANT DÉJÀ AU MONDIAL 2014

Dans une déclaration directement adressé aux Italiens, Vicente del Bosque a tenu à rendre hommage au courage des joueurs de la Squadra Azzurra, qui ont dû terminer le match à dix après la sortie prématurée de Thiago Motta, victime d'un claquage à la 60e minute de jeu.

"Ce soir, nous avons fait face à un adversaire très coriace et je pense qu'ils n'ont vraiment pas eu de chance", a-t-il dit en évoquant la sortie sur civière du milieu de terrain du Paris Saint-Germain.

"C'est pour cette raison que nous avons pu facilement nous imposer dans cette finale", a-t-il ajouté.

Déjà tourné vers l'avenir et visiblement non rassasié par ces trois trophées acquis en quatre ans, Vicente del Bosque a expliqué que les prochains objectifs de la Roja étaient désormais de se qualifier pour la prochaine Coupe du monde et de remporter la Coupe des confédérations.

"Ce nouveau succès prouve que le football espagnol a accompli quelque chose d'historique. Mais dès maintenant, il va falloir nous remettre au travail pour se qualifier pour le Brésil", a-t-il expliqué.

"Il va y avoir de nouveaux défis, une qualification pour la Coupe du monde et la Coupe des confédérations où nous représenterons l'Europe et où nous aurons envie de bien figurer", a-t-il conclu.

Olivier Guillemain pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant