Euro fort : le gouvernement solidaire avec Montebourg

le
1
Euro fort : le gouvernement solidaire avec Montebourg
Euro fort : le gouvernement solidaire avec Montebourg

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a indiqué mercredi que l'ensemble des ministres «partageaient la préoccupation» d'Arnaud Montebourg sur le niveau actuel de l'euro, qui pèserait sur la compétitivité de la France. Cependant, a-t-elle ajouté, «tout le monde ne s'exprime pas de la même façon qu'Arnaud Montebourg».

«Mais c'est très bien, il fait entendre une voix forte sur ce sujet», a-t-elle poursuivi. «Elle rejoignent, cette voix forte et ces revendications, les préoccupations que nous émettons de façons diverses, -le ministre de l'économie et des finances le fait, d'autres ministres le font-, sur la nécessité en effet de nous protéger davantage avec une monnaie qui permettent à nos entreprises d'être le plus compétitives possibles».

Une dépréciation de 10 %

Depuis plusieurs mois, Arnaud Montebourg plaide pour une dépréciation de 10?% de l'euro. Elle permettrait, selon lui, de relever le taux de croissance, de créer 150 000 emplois, d'améliorer la balance commerciale et de réduire le déficit public.

Dimanche dernier, lors du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», le ministre du Redressement productif avait appelé à «changer la politique monétaire». Il s'appuyait notamment sur une étude, parue en janvier, du Conseil d'Analyse Economique, instance qui conseille du Premier ministre et préconisant une «dépréciation temporaire de l'euro». Au cours du débat qui l'opposait à Marine Le Pen, il avait jugé que le gouvernement français n'est pas «euro-béat» mais «euro-critique».

Une préoccupation ancienne

Dans une interview aux «Echos», le 9 février, Arnaud Montebourg avait accusé l'euro de «(pénaliser) l'industrie au lieu de la soutenir dans la grave crise de compétitivité que nous traversons» : «Nous devons ouvrir une bataille politique pour faire baisser l'euro. L'euro doit être au service de notre économie et de notre industrie. Il ne s'agit pas de le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le jeudi 27 fév 2014 à 08:07

    maintenant c'est l'euro !!!! qui est responsable de la gestion calamiteuse de ce gouvernement.apres l'annonce de l'europe hier que nous ne tiendrons pas nos engagements ,et malgre le cadeau fait a la france de l'euope en repoussant jusqu'a 2015.sans oublier ce soir une autre mauvaise nouvelle pour nos gouvernants le chomage continue de monter. .Apres sarko, les patrons voyous , puis maintenant l'euro... Ce sont des billes, c'est la triste réalité!