Euro: Fernando Torres de retour dans la lumière

le
0
Euro: Fernando Torres de retour dans la lumière
Euro: Fernando Torres de retour dans la lumière

par Iain Rogers

GNIEWINO, Pologne (Reuters) - Fernando Torres a monopolisé la Une des quotidiens espagnols vendredi, au lendemain de son doublé contre l'Irlande à l'Euro de football qui a redonné à l'attaquant sa gloire perdue.

Le buteur de Chelsea avait offert le trophée à l'Espagne il y a quatre ans, en marquant le seul but de la finale contre l'Allemagne, avant de perdre son adresse devant le but et sa confiance lors des grands rendez-vous internationaux.

Ses qualités sont revenues au meilleur moment, lors du deuxième match de la Roja dans le groupe C, conclu par un succès net et de bon augure pour la suite des événements (4-0).

"El Nino", qui doit son surnom à son visage poupon, a ouvert le score dès la quatrième minute de jeu, avant de récidiver sur une passe de David Silva à vingt minutes de la fin.

"Marquer d'entrée nous a permis de garder notre sang-froid et de dissiper tous les doutes que nous aurions pu avoir", a-t-il dit à la radio espagnole Cadena Ser.

Ces deux buts, les 29e et 30e du joueur en 95 apparitions sous le maillot espagnol, le placent, à 28 ans, en troisième position dans le classement des meilleurs buteurs de l'histoire de la Roja. Il évince au passage Fernando Hierro du podium.

"Je me réjouis de ma prestation, mais je suis surtout heureux que l'équipe ait gagné", a poursuivi l'attaquant.

"Nous avions besoin d'une performance comme celle-là, et que tout le monde fasse bien son travail. On en ressort avec de bonnes sensations et la certitude d'être toujours aussi forts", a assuré le joueur, exilé en Premier League depuis cinq ans.

"TOUS UN RÔLE À JOUER"

"Evidemment, j'espère jouer, et nous espérons tous jouer. Mais le principal, c'est que l'Espagne gagne", a-t-il ajouté.

Le sélectionneur Vicente Del Bosque lui avait préféré Cesc Fabregas lors du match nul contre l'Italie (1-1), avant de lui faire confiance dès le coup d'envoi face à l'Irlande, tirant ainsi la leçon de son inefficacité.

"Nous aurons tous un rôle à jouer dans l'Euro", a poursuivi Fernando Torres. "Cesc (Fabregas) a marqué quand il est entré en jeu, et ça montre que l'Espagne a plusieurs systèmes efficaces en fonction de la situation".

Le milieu de terrain barcelonais, qui évoluait dans un rôle contre nature de numéro 9, a inscrit un but à peine neuf minutes après son entrée en jeu, couronnant ainsi la victoire espagnole.

"On va avoir des matches différents à jouer, et différents types d'adversaire, donc il va falloir mettre en place différents systèmes de jeu", a estimé Fernando Torres.

L'Espagne jouera lundi son troisième et dernier match du premier tour contre la Croatie. Les deux équipes sont en tête de la poule C, avec quatre points, devant l'Italie, qui en compte deux, et l'Irlande, déjà éliminée avec zéro point.

Dans ces conditions, un match nul 2-2 entre l'Espagne et la Croatie suffirait à propulser les deux équipes en quarts de finale, et condamnerait l'Italie à faire prématurément ses valises, quel que soit son résultat contre l'Irlande.

Mais Fernando Torres a réfuté la théorie du complot, selon laquelle les deux adversaires de lundi pourraient se contenter du match nul. "L'Espagne joue pour gagner, et on ne peut pas s'occuper de ce que font les autres équipes si nous voulons assurer notre place au tour suivant", a-t-il dit.

Le coup d'envoi sera donné à 18h45 GMT sur la pelouse de Gdansk, en Pologne.

Simon Carraud pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant