Euro: de la confiance dans la difficulté, estime Laurent Blanc

le
0
Euro: de la confiance dans la difficulté, estime Laurent Blanc
Euro: de la confiance dans la difficulté, estime Laurent Blanc

VALENCIENNES (Reuters) - En s'imposant dans les dernières minutes dimanche face à l'Islande (3-2), l'équipe de France de football a su engranger de la confiance à l'approche du Championnat d'Europe des nations, a estimé Laurent Blanc.

"On a pris de la confiance dans la difficulté. On préfère gagner un match dans la difficulté que dans la facilité", a déclaré le sélectionneur après le 19e match sans défaite de son équipe.

Laurent Blanc n'a pas cherché à masquer cependant les lacunes affichées par ses ouailles, notamment en première mi-temps, à l'issue de laquelle les Bleus ont regagné les vestiaires avec un déficit de deux buts.

"En première mi-temps, on a très mal défendu, on a manqué de rigueur défensive. Sur les deux seules offensives islandaises, on prend deux buts. Il va falloir analyser cela à la vidéo", a-t-il dit.

Il a cependant modéré ses critiques, en estimant que les joueurs n'étaient pas encore au sommet de leur forme. "On n'est pas prêt physiquement. Cela peut expliquer les manquements défensifs, notamment dans les duels et les replacements", a-t-il dit.

"En seconde période, on a joué avec la même philosophie de jeu, mais avec des joueurs différents, tandis que du côté islandais, ça commençait à se fatiguer."

Visiblement séduit par l'entrée en jeu d'Olivier Giroud, auteur de deux passes décisives, Laurent Blanc a dit qu'il n'excluait plus de faire évoluer le Montpelliérain, meilleur buteur de Ligue 1, avec Karim Benzema.

"C'est possible, ce sont deux joueurs compatibles, avec des caractéristiques différentes. Mais il faudrait alors revoir tout le milieu de terrain", a-t-il jugé.

Florent Malouda jugeait lui aussi que la France avait, comme souvent dans le passé récent, montré deux visages. "On a mal abordé le match, on a laissé l'Islande jouer à son rythme. Le point positif, c'est qu'on a su réagir", a dit le milieu de terrain de Chelsea.

Karim Benzema a révélé que Laurent Blanc avait encouragé ses joueurs à la mi-temps plutôt que de les accabler. "Le coach nous a dit que rien n'était perdu, qu'il fallait mettre un but dans les dix premières minutes après la reprise sans en encaisser un", a dit le buteur du Real Madrid, muet dimanche soir.

Pascal Liétout pour le service français, édité par Hélène Duvigneau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant