Euro: de l'électricité dans l'air avant Pologne-Russie

le
0
Euro: de l'électricité dans l'air avant Pologne-Russie
Euro: de l'électricité dans l'air avant Pologne-Russie

par Patrick Graham

VARSOVIE (Reuters) - Polonais et Russes essaient de se concentrer sur le jeu à la veille de leur match du premier tour de l'Euro, considéré à risque en dehors du terrain sur fond de tensions entre les deux pays.

Dans la coulisse, les autorités de Varsovie oeuvrent pour apaiser les craintes suscitées par le défilé du centre de la capitale jusqu'au stade qu'organiseront des supporters russes, mardi avant la rencontre.

La ministre des Sports, Joanna Mucha, a minimisé les réactions hostiles de certains à Varsovie, qui voient dans cette marche une réminiscence du joug soviétique.

"Je ne pense pas qu'il y aura des problèmes avec ce défilé ou cette journée. Je suis sûre que tout se passera bien", a-t-elle dit à Reuters Television.

"C'est tout à fait normal que les supporters des équipes défilent durant le tournoi, la situation est absolument normale."

Les supporters russes ont déjà été au centre de quelques incidents à Wroclaw, dans le sud du pays, en marge du match entre leur équipe et la République tchèque, vendredi. Ils sont attendus en nombre mardi à Varsovie.

La Fédération russe a rappelé ses suiveurs à l'ordre après que certains ont utilisé des fumigènes et déployé des banderoles aux messages illicites durant la rencontre.

"LAISSER LES TRIPES"

Sur le terrain, la Russie a fait étalage d'une grande maîtrise collective et réalisé une superbe entrée en matière en écrasant les Tchèques 4-1.

Elle a ainsi conforté son statut de favori du groupe A, même si les Polonais ont montré contre la Grèce, du moins en première période, qu'ils ne seraient pas de simples faire-valoir.

"Les Russes sont favoris mais nous avons joué contre de meilleures équipes. Il n'y a pas de raison d'avoir peur. Nous sommes chez nous", a dit à la presse le milieu offensif Adrian Mierzejewski, qui pourrait avoir sa chance mardi.

"Pour nous les joueurs, l'adversaire importe peu, mais pour les supporters, bien sûr, c'est un peu un choc, il y a un peu plus de tension sur ce match."

Mierzejewski et Kamil Gronicki sont deux des joueurs qui peuvent espérer trouver une place dans le onze de départ ou, au moins, entrer en jeu contre la Russie.

Le sélectionneur polonais, Franciszek Smuda, a été très critiqué après le nul inaugural face à la Grèce (1-1) pour avoir manqué d'audace et n'avoir procédé à aucun remplacement de ses joueurs de champ alors que certains paraissaient exténués en fin de rencontre.

Il a néanmoins dit qu'il ne ferait pas plus d'un changement dans son équipe au coup d'envoi. Il sera contraint d'aligner son deuxième gardien, Przemyslaw Tyton, pour suppléer Wojciech Szczesny, expulsé contre les Grecs.

La Russie devrait quant à elle se présenter dans la même formation qui a fait la leçon aux Tchèques et espère faire au moins aussi bien qu'il y a quatre ans, lorsqu'elle avait atteint les demi-finales de l'Euro.

Pologne et Russie ne sont plus rencontrées depuis 2007, lors d'un match amical à Moscou (2-2).

"Nous savons tous ce que représente un match contre les Russes. Cela fait partie de ces matches - contre la Russie ou l'Allemagne - où, pour le dire familièrement, il faut laisser ses tripes sur le terrain."

Gregory Blachier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant